J’ai interviewé Alexia Psychomamotricienne


Aujourd’hui c’est Alexia qui se présente, vous la connaissez peut être sous le nom de Psychomamotricienne sur Instagram.

Comment décrire Alexia ? Dès ses premières publications sur son compte,  on peut facilement sentir son dévouement au bon développement psychomoteur du tout petit ! Ses textes sont clairs, on devine la psychomotricienne et la mère qu’elle est. La psychomamotricienne.
En effet, elle n’hésite pas à partager ses valeurs. La prévention et la transmission d’informations lui sont chères. J’aime beaucoup sa plume et son engagement, ce serait dommage que de ne pas en faire profiter davantage de lecteurs. Hum Hum … un projet commun a t’il été mis en place ? Patience, je vous en dirais plus à la fin de l’article.
Enfin, il est à noter que c’est très agréable de discuter avec elle.
Voyez par vous même, Alexia se montre disponible, et se confie donc à nous aujourd’hui.

Parles moi de toi, qui es tu ?

Alors, je m’appelle Alexia, j’ai 22 ans. Je suis une jeune maman d’une demoiselle de presque 16 mois. Je suis passionnée par mon futur métier. EH OUI!

Je serais diplômée en juillet 2019.

J’aurai du être diplômée en 2018 mais j’ai dû reculer pour cause de grossesse surprise!

Quel est ton parcours ?

J’ai eu une scolarisation classique, une bac S, une année de prépa (Medisup). A l’époque il n’y avait que 8 écoles ( ISRP MARSEILLE ET PARIS, PITIÉ SALPÊTRIÈRE, LYON, LILLE, MEULAN, HYERES, TOULOUSE). J’ai passé les 8 concours.

J’ai été admise dans 4 écoles.

C’était parti j’ai choisi la pitié pour sa réputation et sa proximité avec le domicile parental.

Où et avec qui exerces tu actuellement ?

Je suis une passionnée des enfants et des TSA (trouble du spectre autistique).

 Je suis en stage en CMP/CMPP auprès d’enfants tous les jeudis et en FAM (Foyer d’accueil médicalisé) tous les vendredis avec des adultes porteurs de TSA.

Comment organises tu ta semaine de travail ?

Lundi et mardi sont les jours consacrés aux cours en amphi.

Un mercredi sur deux je fais garder mademoiselle pour pouvoir étudier et la fin de semaine est pour les stages cités plus haut. Le Wk.. je suis maman 🙂

Quelles sont tes loisirs ? T’en inspires tu durant les séances de psychomot ?

Je suis cavalière, chanteuse, et pole danceuse.

Musique et équidés sont présents dans les séances que je peux mener quand ils me semblent pertinents.

 
Que préfères tu dans ton travail ?

Le lien avec de l’autre et la remise en question, Indeniablement.

Quelles sont les qualités que tu estimes nécessaires pour être un super psychomot ?

La curiosité d’apprendre, l’empathie, l’humilité et la créativité.

Comment envisages tu le métier d’ici quelques années ?

J’ai déjà un projet quasi mis en place pour septembre, un mi-temps institutionnel et un mi-temps libéral. Pourquoi pas ouvrir une crèche selon mes valeurs
Je pense malheureusement et heureusement (pour nous) qu’au vu du monde actuel, notre métier a encore de beaux jours devant lui.

Quels sont les impacts de la psychomotricité sur ta vie ? Qu’est ce qui a changé en toi ? Pro, perso, ou familial, principe etc

J’ai absolument tout changé. J’étais jugeante voire stigmatisante et surtout atteinte de TCA, a cause de failles narcissiques énormes dues a un attachement insecure durant mon enfance. Mes études m’ont permis de connaître mon corps et ma psyché, de m’apprivoiser pour les faire avancer en sinergie. La formation m’a appris l’empathie comme une alliée contrairement a la compassion. Elle a forcé ma remise en question. Elle m’a apaisée, me permettant d’avancer dans mon cheminement interne. Je crois qu’elle m’a fait naître a nouveau comme étant Moi,  et non l’ombre socialement acceptée de ce Moi.

Je suis aujourd’hui une maman Anti-VEO, qui cherche a comprendre sans pour autant juger. Je suis plus sûre de moi aussi.

Et au niveau professionnel, elle m’a transmis un bagage théorique non négligeable et certes passionnant.


Pour finir, raconte moi un de tes plus beaux moments comme psychomot ?

La liste est courte .. due a mon statut de presque psychomot. Je crois que mon plus beau souvenir ça a été le jour où un patient TSA avec hypersensibilité sensorielle, ne supportant pas le contact de l’autre m’a pris dans ses bras après une séance en me remerciant. Je me suis sentie fière de nous, de notre travail ensembles.


Merci à Alexia de s’être livrée, même si elle avait le sentiment de ne pas avoir sa place dans cette série d’interview car officiellement, elle n’était pas encore diplômée au moment de la publication.

Et pourtant, avant même d’avoir reçu ses réponses, je lui ai demandé l’autorisation de publier ses publications Instagram afin qu’elle puisse être lue et non oubliée dans l’historique du réseau social. Bien sûr, signé de son doux Pseudo … Psychomamotricienne.

N’est ce pas une chouette idée pour partager encore plus ?

3 réponses sur “J’ai interviewé Alexia Psychomamotricienne”

Un commentaire pour échanger est la bienvenue