J’ai interviewé Rania Psychomotricienne au Maroc

La série des interviews continue avec aujourd’hui Rania Soussi qui est Psychomotricienne au Maroc.

Je reçois régulièrement des messages d’étudiantes en psychomotricité par message privé sur instagram qui m’ont au début pas mal dérouté. Parfois il a fallu que je creuse pour comprendre qu’elles ne faisaient pas leur formation en France.

On ne peut enlever aux réseaux sociaux leur pouvoir de communiquer avec des personnes se situant à des km de chez soi. C’est ainsi par le biais d’instagram que j’ai découvert Rania Soussi de 100% psychomotricité avec R. Soussi qui exerce à Casablanca.

Dès lors que je reçois des messages demandant conseil d’étudiantes au Maroc, je leur propose de contacter Rania directement.

Les derniers témoignages des Psychomotriciennes évoquent le besoin de reconnaissance de la profession (en France). Qu’en est il au Maroc ?

Rania est un bout de femme très souriante en plus d’être  très active sur internet, publiant régulièrement photo et vidéo.

 

 


 Parles moi de toi, qui es tu ?

Je m’appelle Rania SOUSSI, j’ai 23 ans. Je suis Marocaine, née et résidente à Casablanca.

J’ai fini mes études supérieures en 2016, et je suis psychomotricienne depuis environ 2 ans.

Après avoir été orientée vers la psychomotricité, et suffisamment informée par ses bienfaits auprès des patients de différents âges, j’ai été convaincue que c’est le métier qui convient le plus à mes futures finalités, surtout que c’est un métier qui s’intéresse énormément à LA PETITE ENFANCE. Cette dernière, c’est parmi les choses qui m’ont poussé à choisir la psychomotricité sans aucune hésitation.

 

Une de ses vidéos explicatives

Quel est ton parcours ?

J’ai obtenu mon bac scientifique en 2013, option physique chimie.

Je n’ai pas passé de concours vu que je me suis directement inscrite dans une université privée (UIC : Université Internationale de Casablanca à Bouskoura). Cependant, avant de m’inscrire, j’ai passé un test de Français, anglais et un questionnaire de personnalité.

 

Où et avec qui exerces tu actuellement ?

J’exerce à Casablanca, dans un Centre Hospitalier de Rééducation et de Réadaptation, avec une équipe pluridisciplinaire composée de médecins, kinésithérapeutes, orthophonistes, psychomotriciens et infirmières.

On reçoit des patients de différentes pathologies et de tous âges, ainsi que des patients qui présentent une énorme difficulté à se déplacer afin d’être hospitalisés.

La population ciblée c’est bien évidemment toute personne ayant besoin de rééducation.

Personnellement,  je ne prends en charge que les enfants et les adolescents.

 

Comment organises-tu ta semaine de travail ?

Chaque semaine, il nous est donné un planning fait par la direction. Ma mission consiste alors de faire des bilans qui s’effectuent sur 3 séances, et de prendre en charge les patients nécessitant une prise en charge en psychomotricité, à raison de 2 séances par semaine, pour une durée de 40 min par séance.

 

Quelles sont tes loisirs ? T’en inspires-tu durant les séances de psychomot ?

Alors, parmi mes loisirs c’est : lire, voyager, écouter de la musique, se relaxer et jouer aux jeux de réflexion comme le Sodoku …etc.

Et, Oui, je m’inspire souvent de ce que je fais pour mes séances.

Comme la relaxation, la musique et les jeux de réflexions

 

Que préfères-tu dans ton travail ?

Ce que je préfère dans mon travail, c’est le fait d’aider un patient à surmonter les difficultés qu’il présente et améliorer son quotidien de vie petit à petit pour se sentir à l’aise dans son corps et capable d’aller vers l’avant.

 

Quelles sont les qualités que tu estimes nécessaires pour être un super psychomot ?

Pour être un bon psychomotricien, je trouve qu’il est primordial d’être patient, doux et à l’écoute, ainsi qu’avoir le sens de l’imagination et de la création, qui vont lui permettre de créer des activités adaptées selon chaque patient.

 

Comment envisages-tu le métier d’ici quelques années ?

Actuellement, la psychomotricité n’est pas connue au Maroc comme en France.

Les écoles qui forment en psychomotricité commencent à devenir nombreuses, donc j’espère que d’ici quelques années, la psychomotricité sera mieux connue et qu’il y aura des psychomotriciens partout au Maroc, comme ça, la population de chaque ville bénéficiera des séances de prise en charge psychomotrice.

 

Quels sont les impacts de la psychomotricité sur ta vie ? Qu’est ce qui a changé en toi ?

La psychomotricité m’a beaucoup aidé à aller vers l’avant et non pas le contraire. J’étais et je suis toujours curieuse d’apprendre de nouvelles choses sur le domaine de la santé en général.

Donc la psychomotricité m’a toujours permis d’avoir plus confiance en moi, aux choix que je vais prendre et surtout de suivre mon instinct, et c’est ces 3 points qui ont changé en moi.

 

Pour finir, raconte-moi un de tes plus beaux moments comme psychomot ?

Depuis toujours, je trouve que l’un des plus beaux moments que j’ai eu comme psychomotricienne, c’est quand je vois une amélioration positive chez l’un de mes patients après des semaines ou des mois de prise en charge.

C’est le plus beau cadeau que je puisse avoir de leur part.

 


 

 

Merci à Rania d’avoir répondu aux questions, vous pouvez la retrouver sur différents réseaux sociaux :

Toutes les photos sont issues de son compte, merci de ne pas les diffuser sans son autorisation.

 

Enfin, j’espère que ce nouvel épisode vous a plu. Dites moi tout en commentaire ici ou sur les autres réseaux sociaux.

 

Il serait peut être temps de préparer un article « bilan » sur les grandes lignes, n’est ce pas ?

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :