Et si je vous parle de mon expérience avec l’HNI ?

Après plusieurs semaines, je peux enfin dire que je pratique l’HNI (Hygiène Naturelle Infantile) même si je me sens plus proche du terme anglo saxon Elimination Communication (EC).

Sincèrement, il me faudrait des pages et des pages d’articles pour vous en parler. Je vous assure que beaucoup de lignes ont déjà été écrites (vive les brouillons !).

 

En effet, par quoi commencer puisque j’ai tant à dire sur :

♥ Les raisons de cette pratique qui est une « forme » de maternage proximal qui répond de manière si naturelle à un besoin élémentaire, qui est celui d’éliminer ses urines et des selles. Au même titre que l’alimentation et le sommeil, ce besoin n’est pas moins important.

♥ Les bienfaits observés, aussi bien sur le plan relationnel que fonctionnel (pratique, économique, écologique) mais aussi psychomoteur. Pour certains, j’en avais connaissance avec mes recherches et d’autres, que je trouve « inédites » étayées par mon propre vécu et mes observations fines de psychomotricienne.

J’étais déjà persuadée des bienfaits que j’ai lu et entendu en théorie, mais je n’imaginais pas les ressentir aussi fort et en découvrir d’autre une fois la pratique commencée

 

♥ Les difficultés et les limites que j’ai rencontré et continue de rencontrer, car honnêtement il y en a. Certaines sont surmontables et demandent de lâcher prise tandis que d’autres demandent de l’adaptation. Sans grande surprise, la majorité des limites proviennent de … l’extérieur, l’environnement ou l’entourage.

♥ Les sentiments que je ressens vis à vis de l’industrie de la couche orchestrée par des hommes qui n’ont jamais pris la peine de répondre aux besoins de bébé, ou même de s’y intéressé ET qui ont imposé cet objet commercial sous l’apparence de la libération des mères pour qu’elles délaissent leur enfants pour enrichir les messieurs de nouveau. Oui, mes sentiments sont très très négatifs, je sens encore aujourd’hui un énorme sentiment d’injustice et de vol. Comme si la maternité et l’accompagnement du bébé a été volé au profit … du profit ! Mais ceci n’est pas toujours bien perçu voire est mal (com)pris.. c’est dommage.

Un article coup de gueule ? Je préfère prévenir que l’industrie de la couche en prendra pour son grade, mais elle risque fort de ne pas être la seule. Là, ce n’était qu’un aperçu sur quelques lignes.

 

♥ L’importance de vous apporter des informations claires sans vous imposer ce « mode » de maternage. En effet, au fil de ma grossesse, puis de ma maternité, j’ai le désagréable sentiment (encore) que lorsqu’on « sort » de l’opinion ou de la pratique de masse (occidentale moderne), c’est comme si on cherchait à culpabiliser… C’est incroyable ! Cela rappelle malheureusement le point précédent.

♥ Les bouleversements intellectuels telles que de nouvelles hypothèses à valider ou invalider (j’aime trop ces stimulations, mon âme de scientifique et chercheuse est ravie), mes réflexions personnelles et professionnelles notamment ma façon de travailler le schéma corporel par exemple.

♥ La certitude de pouvoir vous apporter à vous aussi, une réflexion intéressante sur le plan de la connaissance de votre propre corps et celui de bébé grâce à l’expérimentation psycho corporelle enrichie en plus, par des données biologiques et physiologiques. On manque encore beaucoup de formation concernant la prévention à la santé. Les cours dispensés en biologie par exemple restent limités au descriptif (le système digestif par exemple) sans lien avec la santé et le pathologique sur les besoins d’élimination,

 

Les hommes peuvent très bien tomber sur mon blog, lire mes articles et méditer dessus … voire être initiateur et proposer en premier l’HNI à bébé.

 

♥ Le « spectre » de l’HNI ou EC car il n’y a pas UNE seule façon de procéder même s’il y a des principes de base comme le timing, la suggestion et l’intuition. En effet, plusieurs personnes ne pratiqueront pas nécessairement comme vous, et cela ne signifiera PAS que vous ne pratiquez pas l’HNI. Néanmoins, il ne faudra pas confondre l’HNI avec des idées pré conçues et erronées comme celle d’une méthode coercitive d’apprentissage de la propreté précoce ou au contraire, un mode de vie laxiste du sans couche où on laisse bébé se salir n’importe où, n’importe quand sans communiquer avec lui.

♥ Les ressources niveau lecture, vidéo, blog ou Instagram qui ne sont pas nombreuses en français, sans parler d’article écrit par des chroniqueurs qui ont soi disant testé sur 48h et leurs conclusions hâtives sans avoir pris la peine de comprendre ce qu’est l’HNI. Le recensement des ressources nécessite de faire des recherches, y compris en anglais (tout comme l’allaitement, étrangement quand je n’ai pas trouvé les réponses à mes questions). Il y a aussi des personnes inspirantes ou des témoignages qui permettent de mieux comprendre et vivre l’experience HNI.

♥ La variété des termes qu’on peut trouver (autre que HNI ou EC, comme « sans couche », « diapper free » ou « toilet training » etc) et ce que cela peut impliquer ou influencer sur votre façon de faire.

Des heures, jours, semaines et mois de recherche, d’investissement, de prise de note, d’expérience, de vécu, de transcription pour vous offrir des informations claires

 

♥ Les réponses aux questions fondamentales pour les personnes qui s’y intéressent réellement, sont curieuses et/ou aimeraient se lancer :

  • c’est quoi exactement ?
  • comment on fait ?
  • quand on commence ? à quel moment ?
  • on utilise le pot, lavabo ou les toilettes ?
  • on continue les couches ou pas ?
  • c’est possible à l’extérieur etc

♥ Les réponses aux idées pré conçues et parfois aux pensées limitantes souvent liées aux peurs, dans ce cas, les échanges sont possibles. Mais quand les pensées sont fermées (fermes) et arrêtées, cela devient plus difficile un peu comme dans toutes les situations en matière de maternage et d’éducation. Cela n’a aucun rapport avec l’HNI en soi.

 

Mon expérience, tout simplement.

Enfin, celle de BB, car c’est lui qui élimine et communique avec moi.

Les étapes qui ont eu lieu petit à Petit peuvent vous intéresser et vous rassurer. Souvent, on se retrouve avec des récits de personnes ayant commencé et « réussit » après des mois « d’essai / de travail », bref. Les mots que j’emploie ne me satisfont pas, j’en suis désolée. Sauf que tout ne s’est pas fait du jour au lendemain.

Par exemple, je suis passée de 2 lessives hebdo de couches lavable à 1 par semaine en remplissant aujourd’hui le sac de couche de 2 fois par jour (voire 1 seule, celle de nuit) mais je lave aussi les pantalons mouillés ! Cela vous intrigue ? Souhaitez vous en savoir davantage ?

 

Je suis aussi excitée que ce petit bonhomme à l’idée de partager avec vous mon expérience et mes réflexions, et vous ?!

Comme je disais plus haut, il y a tant à dire et peut être qu’il est plus simple de vous demander ce qui vous intéresse réellement.

Vous êtes bien plus actifs sur Instagram, je vous en remercie sincèrement pour votre fidélité et votre implication, alors il sera sûrement préférable de passer par ce média et vous laisser la possibilité de me faire savoir quel point vous intéresse le plus, pour démarrer.

Je laisse donc tout le mystère de l’HNI avec cet article « teasing » et vous retrouve bientôt avec une nouvelle publication.

Miss Psychomot
Miss Psychomot

Je m’appelle Rokiyah Hosen, je suis Psychomotricienne diplômée d’Etat et auteur, à l’origine de l’ #instantpsychomot. Je suis également maman de Junior et de BB avec qui je pratique l’Hygiène Naturelle Infantile (HNI). Ici je fais la promotion de mon métier et partage des ressources en lien avec la psychomotricité mais aussi bon nombre de réflexion inédite.

4 Commentaires
  1. Merci pour cet article 🙂 L’industrie des couches a fait bien plus que voler en proposant les couches comme libérateur des mères pour moi. Elle a aussi gravement menti, et continue de le faire en faisant croire aux mères (comme pour l’accouchement, l’allaitement et tant d’autres aspects du maternage) qu’il « faut » mettre des couches sous peine de traumatiser son enfant. C’est pour moi inadmissible!
    Je rajouterai dans tes infographies (qui sont super bien faites et que j’ai plaisir à regarder) que l’on peut pratiquer l’HNI avec « un pot, une bassine, les toilettes » et aussi « la nature ».
    Merci à toi,
    Natacha d’Heureux Sans Couches

Un commentaire pour échanger est la bienvenue

%d blogueurs aiment cette page :