J’ai été Article 25

Quel drôle de nom. Mais pendant la première année de psychomotricité, j’étais une étudiante de type « candidate libre », je vous en dis plus ?

Je reçois de plus en plus de message sur des éventuelles reconversions professionnelles et en échangeant, certaines personnes pourraient bénéficier d’une passerelle pour entrer en première année de psychomotricité comme candidat libre ou bien tenter d’entrer en 2e année après la réussite d’un examen spécial.

Je précise que toutes les écoles ne proposent pas systématiquement cette opportunité, faute de place, auquel cas, il faudra tenter le concours d’entrée quand même.

Avant de contacter les instituts de formation en psychomotricité pour vous renseigner, je vais vous donner quelques informations pour mieux comprendre de quoi il s’agit.

 

J’ai été Article 25

 

Promis, ça n’a rien à voir avec C18 (Cyborg 18)

 

Dans cet article, je vais vous partager

  1. L’arrêté concernant les études de psychomotricité
  2. L’article 25 qui permet la passerelle
  3. Concretement ce que cela signifie
  4. Les obstacles
  5. Mon expérience
  6. Une infographie faite avec tout mon amour

 

Les études de psychomotricité

L’Arrêté du 7 avril 1998 relatif aux études préparatoires au diplôme d’Etat de psychomotricien comprend 5 parties et des Annexes.

En résumé :

  1. Scolarité (actuellement sur 3 ans)
  2. Enseignement (plusieurs modules et l’obtention d’une moyenne de 10/20)
  3. Diplôme d’Etat (jury, modalité d’obtention à savoir les notes du contrôle continu, le mémoire de fin d’année et la MSP mise en situation professionnelle)
  4. Dispense de scolarité (dont est tiré le fameux article 25 qui sera détaillé ci dessous)
  5. Disposition transitoire

 

Allons étudier l’article 25 en détail

 

Selon l’article 25

« Sont dispensées de la première année d’études en vue du diplôme d’Etat de psychomotricien les personnes titulaires des diplômes suivants et ayant obtenu une moyenne générale de 10 sans note inférieure à 8 à un examen écrit portant sur le contenu des modules théoriques de première année :

-validation du premier cycle des études médicales ;

-licence ou maîtrise de psychologie ;

-diplôme d’Etat d’ergothérapeute ;

-diplôme d’Etat d’infirmier ou d’infirmière ;

-diplôme d’infirmier de secteur psychiatrique ;

-diplôme d’Etat de masseur-kinésithérapeute ;

-diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé ;

-certificat de capacité en orthophonie ;

-certificat d’aptitude à l’éducation des enfants et adolescents déficients ou inadaptés ;

-licence des sciences et techniques des activités physiques et sportives ;

-diplômes mentionnés en annexe de l’article A. 212-2 du code des sports et mentionné à l’article D. 212-35 du code des sports ;

-diplôme de maître d’éducation physique ;

-certificat de capacité d’orthoptiste. »

Il se peut que votre « ancien » diplôme vous serve !! Je ne pouvais pas aller bien loin avec une licence de Psychologie ? Finalement, elle a été mon sésame pour la Psychomotricité

Concrètement

Avec l’un des diplômes, licence, certificat mentionnés ci dessus, il est possible de prétendre à passer un examen spécial de fin de 1ere année de psychomotricité afin d’entrer directement en 2ème année.

En quoi est il spécial ?

Il regroupe tous les enseignements de la 1ere année en quelques jours d’examen comme s’il sagissait du bac.

Contrairement aux autres étudiants qui ont réussi le concours d’entrée en 1ere année, ces derniers sont en contrôle continu. Ils passent en effet les examens au fur et à mesure obtenant une moyenne par semestre, comme à l’université, ce qui va déterminer leur passage en 2nde année.

 

Les obstacles

La première difficulté est donc d’avoir les cours dispensés durant cette année là. En effet, ils peuvent être différents d’une promotion à une autre s’il y a un changement de professeur par exemple. Demander auprès d’anciens étudiants risque donc être vain, pour certaines matières.

Autre difficulté qui ressemble à celle ci dessus, concerne aussi le contenu des cours. Chaque école a son courant et ses auteurs, même si à la fin du cursus, les étudiants sont tous psychomotriciens.

Pour l’anecdote

L’examen de sélection

Après avoir remis le dossier comprenant une copie de ma Licence en Psychologie à l’ISRP de Paris (je m’y suis prise trop tard pour la fac de la Salpêtrière), j’ai donc reçu une convocation pour un examen écrit et oral.

Les questions concernaient la psychomotricité,

Les études

J’étais donc étudiante Article 25 à l’ISRP de Paris en 1ere année. En tant que candidate libre, ma présence aux cours n’etaient pas obligatoire et mes absences non pénalisées. De ce fait, je pouvais continuer à travailler à temps plein, poser des RTT et congé payés pour assister aux cours que j’estimais indispensable (et payer mes frais de scolarité, mon loyer, mes charges, Junior etc). Je n’ai par exemple pas été en cours de psychologie cette année là et n’ait pas effectué non plus les stages en crèche et école maternelle.

Grace à la technologie et internet, une camarade de cours m’envoyait par mail chaque semaine les cours qu’elle tapait. Certains profs mettaient en ligne leur pdf sur leur site ou sur intranet. Je travaillais énormément à la maison.

Difficile de concilier travail, études et rôle de mère célibataire à l’époque (et recherche d’alternance pour l’annéesuivante)

Les examens

J’ai passé tous les examens meme si je savais que cela ne sera pas comptabilisé, c’était pour m’entraîner et avoir une idée de ce qui était attendu. QCM, question, rédaction etc.

En parallèle, je m’inscrit à l’université de la Salpêtrière juste pour passer l’examen de passage en 2e année. Il avait lieu avant celui de l’ISRP.

Malgré une 1ere année de psychomotricité, je ne pouvais pas répondre à toutes les questions de la Salpêtrière comme reproduire un schéma qui aurait été vu en physiologie. A l’ISRP, cette matière est interrogée sous forme de QCM.

Avec une note inférieure à 8/10, je me doutais que je serais éliminée. J’ai pu néanmoins réussir les examens de l’ISRP.

Ceci, pour vous expliquer que sans les cours récents correspondant à l’école, il est difficile de réussir du 1er coup.

 

L’article de loi en intégralité est à lire >> Ici

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000005625897

 

 

Un résumé personnellement fait en image pour vous

 

En espérant que cet article vous ait été utile, n’hésitez pas à partager et transmettre autour de vous aux personnes désireuses de se réorienter. Qui sait, peut être souhaiteraient elles également devenir psychomot ? Le concours peut faire peur, alors si la passerelle est ouverte, autant tenter l’opportunité.

 

4 Commentaires
  1. Bonjour,
    Un grand merci pour cet article et tous les autres ! J’ai plutôt tendance à regarder vos post instagram mais depuis peu je dé-vore le site internet.
    Samedi je passerai également cet entretien écrit/oral pour être candidate libre à l’ISRP et je me demande quelle sera la forme de l’examen écrit? QCM, rédactionnel, exercice ? Est-ce qu’il s’agit de questions qui nécessitent de s’appuyer sur un ouvrage en particulier ?

    1. Merci pour votre soutien.
      Je ne sais pas si l’examen a changé ou non mais quand je l’ai passé c’était 3 questions sur la psychomotricité. L’examinateur sait que vous n’avez pas encore fait des études de psychomotricité donc il n’attend pas de vous des réponses techniques.
      Si ma mémoire est bonne, on m’a demandé comment je défini la psychomotricité, c’est quoi une médiation et comment je me vois exercer. C’est plus des questions sur notre vision du métier et notre motivation. De même, il se peut qu’on vous demande comment vous avez prévu de financer vos études.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :