L’écran par Psychomamotricienne

Voici un autre article de la plume d’Alexia aka Psychomamotricienne qui est fort intéressant. Le sujet peut être sensible mais on ne peut l’ignorer.

Nous sommes de plus en plus nombreux à être au courant des effets néfastes de l’écran et pourtant, il nous arrive de manquer d’arguments « convaincants » … En réalité, ce ne sera pas  une liste de motifs qui vous aidera à diminuer ou faire diminuer auprès de vos proches le temps d’exposition. C’est une démarche personnelle qui peut nécessiter du temps.

D’ici là, je vous invite à lire l’article d’Alexia sur les conséquences de l’écran chez le bébé et l’enfant, et vous invite à en savoir plus sur elle, son parcours et son travail à travers son interview ci dessous :

J’ai interviewé Alexia Psychomamotricienne

 


Les écrans…

Ces chers nouveaux membres familiaux dont on ne peut plus se passer. Ils sont partout, tout le temps et c’est pas que nos copains.

Rappel sur le développement

Avant 3 ans, l’enfant se développe grâce à la sensori-motricite.

Attends Mireille, j’explique. Je crois que tout le monde est au courant mais le nouveau-né bouge pas des masses, à cause de son immaturité neuromusculaire. Alors au fil du temps il va rééquilibrer son tonus grâce aux explorations de son espace, aux découvertes sensorielles et à son environnement. Il va pouvoir se mouvoir et puis un beau jour : lève toi et marche. Il va se déplacer et découvrir à nouveau son environnement sous un autre angle.

Ok.. mais le rapport avec les écrans ?

Justement il est là ce rapport.

Quand on met bébé devant un écran, il regarde son écran et il bouge pas. après tout… Nous on fait pareil hein ?

Donc ces écrans ils ont plusieurs effets néfastes.

Comme dit plus haut, bébé ne bouge pas mais en plus de ça.. ça bouge vite, avec pleins de couleurs : surstimulation visuelle.

L’enfant ne parle pas non plus, il n’interagit pas avec ses proches ou ses pairs… Il ne communique pas.

Les effets à court terme sont survolés ici mais ils existent aussi à long terme.

 

Des conséquences ont elles été démontrées ?

« Une étude longitudinale (suivi d’une population dans le temps, ndlr) est menée au Canada depuis 1997 auprès de 1300 familles par Linda Pagani, professeure à l’Université de l’École de psychoéducation de Montréal.

Elle a demandé aux parents de dire quel était le temps d’exposition de leurs enfants aux écrans.

Elle a montré en 2010 que les enfants de moins de trois ans ayant passé plus d’une heure par jour devant un écran vont, à l’âge de 10 ans, présenter une probabilité plus grande d’avoir des difficultés d’attention et de concentration, de moins bons résultats en mathématique, et même une obésité.

Les enfants sont également moins persévérants et se retrouvent plus souvent victimes ou boucs émissaires de leurs camarades de classe.

Et récemment ?

En 2016, Linda Pagani a dévoilé de nouveaux résultats, concernant cette fois le comportement et les compétences sociales de ces enfants – alors âgés de 13 ans – devenus adolescents. Dans le cas d’une trop grande consommation d’écrans avant trois ans, les ados présentent un risque accru de victimisation et d’isolement social ainsi qu’une plus grande tendance aux comportements antisociaux. » (Source LCI)

En résumé

Troubles de la communication, des interactions sociales, des habiletés sociales, retard du développement moteur, retard psychomoteur, retard de langage, etc …sont autant de risques encourus par le jeune enfant qui passe trop de temps devant les écrans.

Au niveau psychomoteur, l’enjeu est crucial. L’enfant qui n’explore pas, qui n’interagit pas, ne se développe pas.

C’est tout ça qu’on appelle autisme réversible.

Pas un réel autisme, plutôt un abus de langage, mais une symptomatologie qui s’en rapproche.

 

Pourquoi dit on « être accro » aux écrans ?

Qui plus est, la lumière bleue et la surstimulation visuelle va activer le circuit dopaminergique au niveau neuronal.

Ça veut dire quoi ? Ça veut dire que l’hormone du plaisir est libérée en masse dans le cerveau. Ce dernier va donc en demander encore et encore et encore … Comme la drogue ! Oui oui. Ça fait pas envie hein ?

Donc quand on coupe l’écran, l’enfant s’énerve.

Et c’est « normal ».

Un écran sur la nature à la lumière du jour

Comment « occuper » les enfants ?

On prend les chaussures, les manteaux et on va se promener plutôt ?


Merci pour cet article, il y a tant à dire sur les écrans. Bon en même temps, si vous êtes en train de lire, cela signifie que vous en utilisez également. Je vous poste ci dessous des affiches pour mieux gérer le temps d’exposition, en espérant que cela puisse vous aider.

 

Pour poursuivre votre lecture sur l’ecran, je vous invite à lire l’article d’Eveil Moi ici >> http://www.eveil-moi.fr/ecrans/

Ce n’est pas perdu, moins c’est mieux que trop ?

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :