J’ai interviewé Marie de Psychomot USA

Apres avoir découvert la pratique de la psychomotricité en Belgique, au Maroc ou encore au Liban, aujourd’hui on se retrouve aux USA !

Alors il ne s’agit pas d’une américaine qui a fait ses études aux Etats Unis mais d’une française expatriée. Son témoignage est très intéressant si vous envisagez de travailler à l’étranger avec votre Diplôme d’Etat en poche.

 

Parles moi de toi, qui es tu ?

Je m’appelle Marie et me cache derrière le pseudo psychomot_usa ! Je suis psychomotricienne depuis 2014.

Quel est ton parcours ? 

J’ai toujours voulu travailler avec des enfants et le milieu médical/paramédical m’a toujours attirée, je me suis donc naturellement dirigée vers un bac S. En première, j’ai découvert le métier de psychomotricien et je me suis immédiatement dit que c’était une profession créée pour moi !

 

View this post on Instagram

🇫🇷A mon tour de me lancer dans le #instantpsychomot ! Le thème de cette semaine est l’estime de soi. . Lorsque l’on est soumis à du stress, notre cerveau est envahi d’adrénaline, de noradrénaline et de cortisol. En trop grande quantité, ces hormones provoquent un sentiment d’angoisse, de peur et/ou de colère ainsi que le sentiment d’être en grande insécurité. Pour une situation stressante, il faut en moyenne une dizaine d’expériences positives (des compliments, des réussites, des phrases bienveillantes) pour ramener ces hormones à un taux normal. . La plupart des enfants avec lesquels je travaille ont une faible estime d’eux-mêmes car ils sont souvent confrontés à des situations de stress: que ce soit à l’école, au sport ou à la maison, ils ont peur de se tromper, de ne pas réussir, d’être en échec, de se faire réprimander, qu’on se moque d’eux… On leur répète qu’ils sont illisibles, qu’ils devraient faire plus attention, qu’ils ne font aucun effort, qu’ils ne se tiennent pas correctement… . Alors en séance, on essaye de renforcer leur estime de soi: on travaille sur ce qui leur pose difficulté pour qu’ils soient plus à l’aise et surtout, on valorise, on propose des choses à leur portée, on leur montre qu’ils peuvent être plus forts que nous, qu’ils sont capables d’y arriver. . L’estime de soi n’est pas quelque chose de figé: elle se modifie selon ce que l’on vit. D’un point de vue personnel, mon expatriation a beaucoup entaché mon estime de moi: alors qu’en France je travaillais en équipe et avais l’impression d’être appréciée pour mes qualités professionnelles et personnelles, aux USA, toutes les institutions me fermaient leur porte au nez. En étant loin des amis et de la famille, l’isolement social me pesait énormément, d’autant plus que je ne parvenais pas à m’exprimer en anglais correctement et à me faire comprendre. Il aura fallu trois ans pour que mon estime de moi retrouve (presque !) son niveau initial. Grâce à mes patients et aux bons retours de leur parents, aux formations que j’ai suivies, au soutien de mes amis et de ma famille et grâce à la bienveillance et à l’amour de mon mari, je suis aujourd’hui fière de mon parcours et de ce que je suis !

A post shared by Marie Vallet (@psychomot_usa) on

 

J’ai fait une année de prépa assortie d’une première année de licence de psychologie en double cursus à Lyon, passé les diplômes et ai réussi celui de Hyères-les-palmiers. Ont suivi trois années formidables et enrichissantes pendant lesquelles j’ai fait plein de belles rencontres dans un super cadre (tout le monde ne révise pas ses partiels à la plage !).

Mon diplôme en poche, je suis embauchée en crèche à Paris, ce qui me permet de devenir experte dans le développement de l’enfant et la motricité libre.

En janvier 2016 une nouvelle aventure s’offre à moi, puisque j’atterris avec mon mari à Boston aux Etats-Unis, où le métier de psychomotricien n’existe pas.

Je continue à me former, même aux Etats-Unis : je suis monitrice de portage et de massage bébé, j’ai suivi une formation complète et peu répandue en France sur la prise en charge de l’autisme, je me forme actuellement à la rééducation de l’écriture et j’ai une formation prévue cet été avec le Boston Ballet pour proposer la danse de manière adaptée aux différents handicaps et pathologies.

View this post on Instagram

🇫🇷Nouvelle publication pour le #instantpsychomot , le thème, la dyspraxie, a été choisi par @i_love_psychomotricite ! On décrit souvent l’enfant dyspraxique comme un enfant maladroit, qui fait tout tomber, qui a deux mains gauches… En réalité, il est extrêmement difficile pour ces enfants de réaliser des mouvements coordonnés. Il leur faut penser chaque étape pour accomplir un geste qui nous semble anodin. Il existe de nombreux types de dyspraxies (constructive, idéatoire, idéo-motrice, de l’habillage) impactant le quotidien de ces enfants. En psychomotricité, le travail autour du schéma corporel, de la représentation spatiale ou encore de la régulation tonique, permet de faciliter l’apprentissage et la réalisation des gestes du quotidien. . 🇺🇸This week’s #instantpsychomot has dyspraxia for topic. A child with dyspraxia or DCD, is often described as clumsy and constantly dropping things . In reality, it is extremely hard for those children to learn coordination and motor skills. They have to think each step while doing what we think is a simple action. There are many types of dyspraxia impacting their daily life. In psychomotor therapy, working on body schema, spatial representation or muscle tone regulation helps to learn and do different tasks and movements at home or at school. . . #dyspraxie #troublesdys #coordinations #praxies #psychomotricité #psychomotricien #psychomotricienne #dyspraxia #dyspraxiaawareness #dcd #developmentalcoordinationdisorder #psychomotortherapy #psychomotortherapist #kapla #kaplas

A post shared by Marie Vallet (@psychomot_usa) on

 

Où et avec qui exerces-tu actuellement ?  

J’exerce en auto-entreprenariat à Boston et dans ses environs. J’interviens au domicile de mes patients ou bien directement à la crèche ou à l’école.

Les enfants et adolescents que je suis ont tous des problématiques différentes allant du retard de développement à l’autisme, en passant par la dyspraxie, mauvaise gestion des émotions, TDAH, etc.

 

View this post on Instagram

🇫🇷La dînette est l’un des jeux d’imitation les plus appréciés des enfants.🍽🥑Le plus important est de laisser l’enfant faire dans un premier temps. C’est ce qui lui permet de développer sa créativité et son imagination. En effet, si l’adulte propose à l’enfant de préparer une soupe🍵ou de faire manger le bébé👶, ou encore de mettre la pizza dans le four🍕, ce n’est plus l’imaginaire de l’enfant qui travaille, mais celui de l’adulte. Les apprentissages sont infinis avec la dînette: transvasements, visser-dévisser, coordinations oculo-manuelles, imitation, imaginaire… Et pour les enfants pour lesquels les repas peuvent être un peu compliqués, le passage par le symbolique peut permettre de débloquer la situation, puisque l’enfant peut rejouer ces moments difficiles. . 🇺🇸Play with pretend food is one of children’s preferred imitation game.🍽🥑The key is to let your children play by themselves. It is what helps develop creativity and imagination. Indeed, if the adult asks the child to make a soup🍵or feed the baby👶or put the pizza in the oven🍕, it is not the child’s imagination but the adult’s that is involved. The learnings are endless with this game: screw-unscrew, hand-eye coordinations, imitation, imagination… And for children for whom meals can be a bit complicated, symbolic play can help resolve the problem because the child would have the opportunity to reenact those difficult moments. . . #dînette #fairesemblant #jeudimitation #jouer #psychomotricité #crèche #playfood #pretendplay #imitationplay #roleplay #daycare #psychomotortherapy #psychomotortherapist #psychomotusa #psychomotexpatriée

A post shared by Marie Vallet (@psychomot_usa) on

 

Comment organises-tu ta semaine de travail ?

J’ai des séances tous les jours et les déplacements chez les uns et chez les autres me prennent pas mal de temps.

Le lundi est une journée un peu plus creuse puisque je n’ai qu’une séance, j’en profite pour faire du sport et rédiger bilans et comptes rendus de suivi.

Je travaille un peu moins le vendredi également, du coup je me suis inscrite à une formation à distance pour la rééducation de l’écriture.

 

Quels sont tes loisirs ? T’en inspires-tu les séances de psychomot ? 


Je fais du pilate et de la danse classique. Je m’en sers très souvent en séance ! Le pilates est super pour la conscience corporelle et la détente/relaxation et la danse est une médiation très complète qui a du succès quel que soit l’âge et la pathologie !

 

View this post on Instagram

🇫🇷MONTER LES ESCALIERS C’est une étape importante du développement psychomoteur de l’enfant qui renforce la coordination et la dissociation des mouvements des bras et des jambes. L’enfant expérimente des appuis différents, apprend à basculer le poids de son corps d’un appui à l’autre. Cet exercice affermit le tonus musculaire et développe les muscles des jambes, du ventre et du dos. Et comme dans toutes les acquisitions, s’entraîner à monter les marches augmente la confiance en soi: quelle fierté d’être arrivé en haut tout seul !! . 🇺🇸CLIMBING STAIRS It is an important step of the development of the child which helps with arms and legs coordination and dissociation. The child experience new points of support, learns how to shift his weight from one point to another. This exercice stimulates muscle tone and develops legs, stomach and back muscles. And as for every new learning, climbing stairs increases self-confidence: what a pride when you managed to go all the way up all by yourself! . . . #developpementpsychomoteur #developpementdelenfant #monterlesmarches #escaliers #acquisitionmotrice #apprendre #psychomotricité #psychomotricienne #psychomot #childsdevelopment #psychomotordevelopment #stairsclimbing #climbingstairs #babyclimbingstairs #learning #motoracquisition #psychomotortherapy #psychomotortherapist #psychomotorskills #psychomotusa

A post shared by Marie Vallet (@psychomot_usa) on

 

Que préfères tu dans ton travail ?

La relation avec les enfants. C’est génial de voir leur enthousiasme lorsque j’ouvre mon sac et que je sors les jeux et objets que j’ai amenés. J’aime plus que tout les voir progresser et être fiers de leurs nouvelles compétences.

 

Peux tu nous confier sur ce que tu aimes moins dans ton travail ?

C’est toujours difficile d’être dans une période où l’enfant ne progresse plus, voire régresse ou quand on se retrouve dans une impasse.

 

View this post on Instagram

🇫🇷PEINTURE A DOIGTS sur un support vertical.🎨C’est un atelier dont les enfants raffolent. Lorsque je travaillais en crèche, nous le proposions au moins une fois par semaine. La préparation est simple: une bâche ou des sacs poubelles au sol, une grande feuille accrochée au mur et de la peinture dans des bacs à disposition des enfants. Tout le monde en couche pour ne pas se salir et éviter les interdits⛔️, et c’est parti ! L’avantage de la peinture à doigts, c’est qu’on n’a pas besoin d’avoir acquis certaines praxies requisent pour la tenue d’un pinceau par exemple; il suffit de tremper sa main dans la peinture et de l’appliquer sur la feuille. L’enfant peut se servir de ses deux mains en même temps.🤚✋Le plaisir est sensoriel: c’est froid, visqueux, ça glisse… On peut même se peindre soi-même ! Le fait d’être debout répond au besoin de bouger des enfants, ils sont plus libres de leurs mouvements et peuvent explorer toutes les directions possibles. . 🇺🇸FINGER-PAINTING on a vertical surface.🎨It is an activity every child enjoys! When I was working in a daycare, we used to offer this activity at least once a week. It’s easy to line up: garbage bags on the floor, a big sheet on the wall and paint in small bins. Everybody in diaper to avoid getting dirty and having to say no⛔️, and there you go! Not having to master the task of holding a paintbrush is a nice perk of finger painting: you just have to dip your hand in the paint and put it on the sheet. Children can use both hands together.🤚✋ It’s a sensory pleasure: it’s cold, gooey, slippery… You can even paint yourself! Standing up meets the child need of movement, they are free to move and can explore every direction possible. . . #peintureadoigts #peinturegiotto #giotto #activiteenfant #creche #sensorialite #laisserunetrace #motricité #motricitéfine #sensorialité #psychomotricité #psychomotricienne #psychomotusa #psychomotexpatriée #fingerpainting #childactivity #daycare #sensoriality #psychomotortherapy #psychomotortherapist

A post shared by Marie Vallet (@psychomot_usa) on

 

Quelles sont les difficultés que tu rencontres ?

La plus grosse difficulté à laquelle je suis confrontée est l’isolement. Je suis seule à Boston, je n’ai pas de contact avec d’autres thérapeutes avec lesquels je pourrais échanger sur mes patients, qui pourraient m’apporter un nouveau regard, une nouvelle perspective. Heureusement, avec Facebook ou Whats’App, les copains psychomots ne sont jamais loin pour discuter !

Quelles sont les qualités que tu estimes nécessaires pour être super psychomot ?

Pour moi l’empathie et l’écoute sont essentielles. La capacité de se remettre en question est également très importante. Sans oublier la créativité et la faculté de s’adapter à toute situation !

View this post on Instagram

🇫🇷Les gribouillages font partie des premières productions graphiques de l’enfant. Au départ, ces traits ne sont pas contrôlés, la trace est laissée par le mouvement du bras. Cette photo montre bien (outre mes talents de dessinatrice de chat) les mouvements de balayage exécutés rapidement, sans contrôle visuo-moteur et sans que l’enfant ne maitrise ni le début, ni l’arrêt de son geste. On peut voir aussi une belle préhension palmaire qui lui permet d’avoir une prise stable et ferme. Peu à peu, le geste va s’affiner et deviendra volontaire et maitrisé, notamment grâce au contrôle visuel. Avec les petits qui débutent dans le graphisme, j’utilise des gros crayons qui facilitent une prise palmaire. Ceux-ci de la marque Lebze (Flower Monaco) sont tops, non toxiques, lavables très facilement et ils glissent parfaitement sur la feuille ! . 🇺🇸Scribblings are one of the first graphics productions a child does. At first, those lines are not controlled, the strokes are left by the arm’s movement. This photo shows (besides my cat-drawing talents) sweeping motions quickly done without any visual-motor control. We can also see that the child does not control neither the beginning nor the end of her movement. She is holding her pencil with a palmar grasp which allow more stability. Gradually, the movement will sharpen and will become purposeful and controlled, particularly thanks to visual control. With toddlers, I use big crayons that help with a palmar grasp. These, from Lebze (Flower Monaco) are great, non-toxic, washable and very easy to use! . . #dessiner #dessins #gribouillage #gribouiller #enfant #crayons #psychomotricité #babydrawing #scribble #scribbles #psychomotortherapy #learnthroughplay

A post shared by Marie Vallet (@psychomot_usa) on

 

Comment envisages-tu le métier d’ici quelques années ?

J’espère qu’il sera mieux reconnu. C’est important que les médecins et autres soignants comprennent notre métier et comment notre intervention peut être nécessaire.

Quels sont les impacts de la psychomotricité sur ta vie ? Qu’est ce qui a changé en toi ?

Les études de psychomotricité et ma pratique par la suite m’ont appris à lâcher prise, à écouter mon corps et à respecter mes ressentis. Je ne suis pas encore maman, mais je sais que tout le savoir et les compétences que j’ai acquises grâce à mon métier auront un véritable impact sur ma manière d’accompagner mes enfants.

 

View this post on Instagram

🇫🇷Cette semaine, on parle de l’adaptation des jeux dans le #instantpsychomot proposé par @howiplaywithmymome . Les psychomotriciens sont experts dans l’art de détourner les jeux et les objets pour les faire correspondre à leurs axes thérapeutiques. Aujourd’hui, je vous propose quelques adaptations du célèbre Jungle Speed d’ @asmodee_fr qui permet initialement de travailler sur l’attention, la discrimination visuelle et l’impulsivité. En séance, on y joue à 2, soit avec un tas de cartes chacun, soit avec un tas de cartes pour chaque main en jouant d’abord les mains droites puis les mains gauches, il faut alors attraper le totem avec la bonne main lorsque deux cartes identiques apparaissent. Pour travailler sur l’impulsivité, on ajoute une consigne à faire avant d’attraper le totem (compter jusqu’à 5, se lever et faire un tour sur soi-même, aller toucher le mur puis revenir, etc.). Mais les cartes peuvent être utilisées pour plein d’autres apprentissages: graphisme et écriture en reproduisant les dessins, mémoire en les utilisant pour une partie de mémory, motricité fine en reproduisant les dessins avec de la pâte à modeler, les possibilités sont infinies ! Le totem me sert parfois pendant les séances de relaxation, je le passe sur le dos ou bien tout le long du corps ou encore sous les pieds ! Allez jeter un oeil sur les posts de mes collègues grâce au #instantpsychomot , ça donne plein de bonnes idées à tester ! . . #psychomotricité #psychomotricienne #adaptation #junglespeed #totem #graphomotricité #motricitéfine #attentionvisuelle #impulsivité #pateamodeler #jouer #grandirenjouant #jouerpourapprendre

A post shared by Marie Vallet (@psychomot_usa) on

 

Raconte-moi un de tes plus beaux moments comme psychomot ?


Pour moi, les plus beaux moments sont les premières fois : premiers pas, premiers lacets réussis, premiers A+ (très bien) en écriture dans le cahier…

Le dernier de ces beaux moments remonte à la semaine dernière lorsqu’une de mes patientes, autiste, m’a regardée dans les yeux en me disant « squeeze » (serre, presse), car elle voulait que je lui donne des pressions corporelles ! Premier mot, associé d’un super contact visuel, autant vous dire qu’elle a eu les meilleures pressions corporelles qui soient !

Enfin, comment as-tu découvert MissPsychomot ? Qu’est ce que tu apprécies le plus sur le blog ou sur Instagram ?


Je t’ai découverte sur Instagram il y a quelques temps sur mon compte perso ! J’aime bien lire tes articles ! 

 


 

Merci Marie ! En attendant un article sur sa vie et son travail aux USA sur le blog, vous pouvez la retrouver sur son site et son témoignage sur psychomot internationale dont le site est une mine d’information.

  • https://www.marie-vallet.com
  • http://psychomotricite-internationale.com
  • http://psychomotricite-internationale.com/index.php/2017/05/17/mon-auto-entrepreneuriat-au-usa/

 

Miss Psychomot
Miss Psychomot

Je m’appelle Rokiyah Hosen, je suis Psychomotricienne diplômée d’Etat et auteur, à l’origine de l’ #instantpsychomot. Je suis également maman de Junior et de BB avec qui je pratique l’Hygiène Naturelle Infantile (HNI). Ici je fais la promotion de mon métier et partage des ressources en lien avec la psychomotricité mais aussi bon nombre de réflexion inédite.

Aucun commentaire

Un commentaire pour échanger est la bienvenue

%d blogueurs aiment cette page :