La gestion de notre stress lors d’une prise en charge difficile

J’ai eu le plaisir d’animer l’instant psychomot « Gérer notre stress » , et comme me l’a dis une personne : « Ça change des autres thèmes plus technique. Ça m’a presque fait l’effet d’une supervision. » Merci à tout le monde ! 

Ombeline @psychomot_liberal_ehpad

View this post on Instagram

[GERER SON STRESS] ⠀ J’ai eu le plaisir d’animer l’instant psychomot de cette semaine. Vous avez été nombreux à proposer divers thèmes alors merci. Celui qui a remporté le plus de votes (73%) est : gérer notre stress lors d’une prise en soin difficile. ⠀ Pour l’instant je n’ai jamais vécu une situation de stress lors d’une séance. J’ai vécu des situations difficiles en terme d’émotions. En gériatrie nous sommes forcément confronté à la mort. Au tout début ça a été quelque chose de très difficile. Que répondre à une personne qui exprime: « À quoi bon? Je suis ici pour finir mes jours je n’ai plus envie de rien », « Aidez moi à partir plus vite, mon corps ne veut plus et mon esprit encore moins » ⠀ Puis est venu le moment de réaliser du toucher thérapeutique pour les personnes en fin de vie. Venir leur apporter du confort et du réconfort, des sensations de bien être et d’apaisement… Mais comment ne pas avoir d’affect dans ces moments là ? Comment ne pas être submergé par les émotions ? Les souvenirs ? Et faire face aux familles… ⠀ Lorsque je sors d’une chambre, lorsque je ressens de fortes émotions, voici ma technique. Je vais me poser quelques instants dans un endroit calme et seule. Et je pratique la respiration carrée qui est une technique issue du yoga. Elle se pratique uniquement par le nez. On inspire en comptant mentalement jusqu’à 4. On reste poumons pleins en comptant mentalement jusqu’à 4 .On expire en comptant mentalement jusqu’à 4. On reste poumons vides en comptant mentalement jusqu’à 4. Et on recommence le cycle pendant quelques minutes. La durée des cycles peuvent être plus long ou plus court selon votre capacité respiratoire. ⠀ Cette technique est une utilisée lors des moments de stress, d’angoisse, d’anxiété ou même d’agitation. Une pratique régulière permettra une meilleure efficacité. ⠀ Et vous ? Comment gérez vous votre stress ? ⠀ #instantpsychomot #stress #psychomot #psychomotricité #respirationcarrée #respiration #geriatrie #ehpad #psychomotricienne

A post shared by PSYCHOMOT & HYPNOTHÉRAPEUTE (@psychomot_liberal_ehpad) on

 

View this post on Instagram

L'#instantpsychomot de la semaine est animé par @psychomot_liberal_ehpad et le thème choisi est la gestion de notre stress dans une prise en soin difficile. . .Il me semble qu'il n'y a pas de formule magique qui puisse nous permettre de réagir parfaitement dans une situation difficile qui suscite du stress. En effet, ce qui fonctionne dans une situation peut ne pas fonctionner dans une autre. . .Toutefois nous sommes des êtres dotés d'émotions et mon expérience me permet de dire qu'il ne faut jamais les ignorer. EXPRIMER, PARTAGER votre état interne permet au patient de prendre conscience que vous ne trichez pas avec lui. Cet aspect est essentiel pour qu'une relation de confiance puisse se créer ou perdurer. Dans tous les cas, votre état de stress sera perceptible. . .RESPIRER aide à se poser physiquement et psychiquement, cela me semble primordial pour que le patient puisse trouver appuis sur vous, même si pour vous la situation vous échappe. . .Pour finir, après la séance il me semble essentiel de mener une RÉFLEXION sur ce qu'il s'est passé, pourquoi pas dans des groupes de supervision. . .#psychomotricité

A post shared by Au coeur de la psychomotricité (@melle_psychomot) on

 

View this post on Instagram

{Gérer le stress lors d’une prise en soin difficile} En libéral, on peut facilement se retrouver isolé. D’où l’importance, il me semble, de se créer « son réseau » et de s’entourer de professionnel de confiance pour pouvoir reconstituer ce que l’on peut trouver en institution : l’accompagnement pluridisciplinaire si riche et qui est à mon sens à la fois porteur pour l’enfant, la famille que l’on accompagne mais aussi soutenant pour nous. En effet, il est le garde fou du suivi, apporte cohésion et sens. En échangeant, on peut trouver de l’aide à une situation qu’on pensait sans issue, relever des choses qu’on avait pas pris en compte, ou encore se surprendre en trouvant des pistes par nous même car parfois il suffit juste de s’entendre parler à haute voix pour sortir le nez du guidon ! Un des autres avantages et non des moindres, on peut également orienter nos petits patients et guider les familles, souvent perdues, entre de bonnes mains. • Ici ces temps sont plutôt informels, avec des rendez-vous téléphoniques, le temps d’un repas ou lors des regroupements de notre association de psychomot départemental • • Et en complément, je ne le répéterai jamais assez mais il me parait indispensable en tant que pro, comme en tant que maman, de s’obliger à se créer un temps pour soi, un espace pour extérioriser, ceci permet alors d’être pleinement conscient de nos besoins et évite que ce stress ne se transforme en une émotion plus lourde à enrayer … • • C’était l’instant psychomot #instantpsychomot de la semaine et a été proposé par @psychomot_liberal_ehpad • • Et toi tu gères comment le stress ? #instantpsychomot #psychomotricite #psychomot #psychomotricienne #liberal #viedemaman #stress #gestion #priseensoin #reseau #echange #soutien #ecoute #instantpoursoi #instagood #nofilter #petitbonheur

A post shared by Melanie 🐞 (@chronique_d1_mom_psychomot) on

View this post on Instagram

#instantpsychomot [gestion du stress] @psychomot_liberal_ehpad Pour parvenir à gérer le stress, chacun aura sa propre technique, le tout est de trouver ce qui peut nous apaiser. On peut voir le stress comme une sorte de détraqueur (Merci Harry Potter!). Pour le surmonter, il vous faut un patronus (une image positive, une action mobilisatrice permettant la décharge émotionnelle, une stimulation de circuits moteurs inhibant les réactions de stress comme l'élévation excessive du tonus musculaire par exemple) Le patronus peut être la pratique du fitness, le yoga, la méditation, la musique, l'écriture ou simplement une pensée positive. Le tout est d'arriver à enclencher la formule magique ("expecto patronum" lol). Anticiper la situation de stress peut être bénéfique si on prend soin de prononcer sa formule magique avant de faire face à l'agent de stress. Exemple:Le bébé est doté d'un organe vocal fort pour attirer l'attention et assurer sa survie. En réponse, les pleurs de bébé sont source d'un fort stress chez l'adulte pour que nous intervenions et répondions à son besoin, c'est physiologique… Cela répondrait à une peur ancestrale d'attirer l'attention de prédateurs en cas de bruits trop fort, nous cherchons à faire taire… c'est donc normal pour l'adulte en présence de ne pas supporter le pleur (augmentation de cortisol → stress → cerveau reptilien qui prend le dessus) Comme dans la pratique du tai-chi, on peut réaliser des mouvements lents, précis, se concentrer sur leur réalisation, sur la respiration afin  d'abaisser le tonus musculaire et permettre une gestion psychique du stress… La respiration profonde apporte une oxygénation et stimule le système parasympathique qui réduit le rythme cardiaque et favorise l’apaisement. C'est valable bien entendu pour les psychomotriciens en séance, les pros de la petite enfance et pour les jeunes parents… quand on s'occupe d'un nourrisson on a tendance à se précipiter quand il pleure, cela crée un stress, on accélère le mouvement pour le changer par exemple, alors qu'il faudrait faire tout le contraire, contrôler nos gestes, les exercer lentement pour calmer notre tempête émotionnelle ainsi que celle du bébé

A post shared by Aline Gontier (@accompagnerbb) on

View this post on Instagram

🇫🇷 Nouveau thème pour l’ #instantpsychomot proposé par @psychomot_liberal_ehpad , cette semaine on parle de comment gérer notre stress lors d’une prise en charge difficile. Quelles que soient les circonstances, je procède généralement en trois temps: le premier est de prendre conscience que la situation génère du stress chez moi. Ca peut paraître bête, mais c’est important de se dire: « Ok, là, je n’ai pas l’impression de maitriser la situation, il faut que je trouve un moyen de prendre du recul pour pouvoir gérer mon stress. » Généralement, c’est à ce moment-là que je passe à l’étape suivante, qui consiste simplement à me focaliser sur ma respiration quelques instants (j’utilise la technique développée dans le post de @psychomot_liberal_ehpad). Cela permet de faire passer le stress. Enfin, en dernier lieu, lorsque la situation de stress est passée, je prends le temps de revenir dessus soit par écrit, soit en en parlant avec quelqu’un. J’essaie de me rappeler le plus précisément possible de la situation, d’identifier quelles pensées ont pu me causer ce stress et comment pouvoir être plus détendue la prochaine fois que cela arrive. Le fait d’écrire ou de parler permet de prendre du recul et d’observer la situation à froid, sans jugement. J’ai hâte de lire les posts à venir, vous pouvez déjà aller lire ceux de @melle_psychomot , @chronique_d1_mom_psychomot et @accompagnerbb ! . 📷: Tim Goedhart . . #stress #psychomotricité #psychomotricienne #psychomot #psychomotortherapy #psychomotortherapist #psychomotorik #respirationconsciente #breathingtechniques #breathe #respirer #undercontrol

A post shared by Marie Vallet (@psychomot_usa) on

View this post on Instagram

🔅 INSTANT PSYCHOMOT 🔅 C'est au tour de @psychomot_liberal_ehpad d'animer avec brio l' #instantpsychomot de la semaine sur le thème de la gestion du stress en séance. 〰️ Nous l'appellerons Billy. Billy a 7 ans et il est suivi en pédopsychiatrie. Lors de notre 1ère séance ensemble, Billy manifeste déjà certains signes d'agressivité à mon égard, par sa parole et certains gestes. Je replace le cadre à plusieurs reprises, car oui, la salle de psychomot peut être un espace de décharge et d'expérimentation… mais certaines limites sont à ne pas franchir. 〰️ Lors de notre 3ème séance ensemble, Billy explose. Il commence par m'envoyer coussins et gros ballon, très fort. Et fini par s'avancer vers moi. Le geste est adressé, je comprends qu'il va en venir aux mains. Son regard a changé et il me fait peur. Oui j'ai eu peur de ce petit garçon à ce moment là. 〰️ J'essaye d'être calme mais pas trop non plus pour ne pas être trop en décalage avec son état actuel. Je verbalise ce que je perçois de ses émotions, tout en m'approchant vers lui je le prends dans mes bras et le contient. Je ressens sa tension. Petit à petit ma voix se pose. Billy se relâche doucement mais la colère est toujours là. 〰️ Je lui propose un moment dans le hamac. Être contenu, soutenu dans son arrière fond et un peu caché, à l'abri… a grandement participé à son apaisement. Nous avons pu prendre un temps pour discuter avant de se dire au revoir. 〰️ Une fois Billy parti, je prends un instant pour moi. Ok, le stress vient à ce moment là. Avais-je bien agi ? Etait-ce de ma faute? C'était une séance éprouvante physiquement et émotionnellement. 〰️ Mes ressources: l'équipe, qui m'a apporté la contenance et la ré assurance dont j'avais besoin. Rien de tel que la communication en équipe ! J'ai ainsi pu mieux appréhender les séances suivantes. J'ai aussi eu besoin d'avoir mon moment hamac, me détendre, respirer et éliminer ces fortes tensions. Et vous, quelles sont vos ressources ? 〰️ Allez voir les posts super intéressants des collègues en cherchant le #instantpsychomot !! #psychomotricité #psychomotricienne #enfants #émotions

A post shared by elo_la_psychomot (@elo_la_psychomot) on

 

View this post on Instagram

Pour #instantpsychomot de la semaine proposé par @psychomot_liberal_ehpad il s'agit de la gestion du stress pendant une séance difficile. Le #stress ?? Au pays des licornes magiques ça n'existe pas ! Mais comme on n'est pas dans le pays des licornes magiques il faut bien faire avec. J'ai été confronté à différents types de stress dans les différents établissements où j'ai travaillé. – mais le stress d'une séance difficile est particulier car souvent accompagné de culpabilité, de remise en question, de doute ou de fierté et de soulagement de satisfaction mais tout ça ne va pas toujours ensemble. Ma solution pendant longtemps après les sessions agressives violentes ou inquiétantes. Après des patients qui s'effondrent en larmes d'avouer un passé tragiquement douloureux, d'avoir échappé à une volée de chaise ou une clé de bras… j'avais une solution idéale : – le café et une clope avec les collègues! C'était parfait ! Manque de bol, je me suis arrêtée de fumer… Et même les licornes magiques n'ont pas pu m'aider… Aujourd'hui après une session difficile j'écris, et je me repose sur mes collegues. Travaillant en libéral dans un cabinet pluridisciplinaire j'ai la chance d'avoir une masseuse à disposition. Et un bon massage pour nettoyer les conséquences du stress sur le corps c'est top!!! Quant aux conséquences sur la tête : j'ai une art thérapeute de choc, une musicotherapeute et ses bols tibetains, des psy, des osteo et des kiné qui me soutiennent au quotidien. Alors je suis un peu au pays des licornes pour de vrai parfois 🦄🦄❤❤ merci les collègues !

A post shared by psychomotabidjan (@psychomotabidjan) on

 

View this post on Instagram

Nouveau thème pour l’#instantpsychomot proposé par @psychomot_liberal_ehpad, cette semaine c’est la gestion du stress lors d’une PEC difficile. C’était il y a 2 ans, je travaillais en unité d’hébergement renforcée avec des personnes âgées ayant des troubles du comportement. J’avais une stagiaire en stage long pour la première fois avec qui cela se passait bien malgré son attitude renfermée que je prenais pour une timidité qui diminuerait avec le temps. Un après-midi, je proposai un bain thérapeutique avec la stagiaire pour une patiente qui refusait la toilette depuis plusieurs jours et qui était très agitée. Le début de la séance se passait plutôt bien, l'hypervigilance et l'agitation de la patiente diminuaient tranquillement. Quelques minutes plus tard, je me retournais pour demander à la stagiaire de s’approcher près de moi et participer avec nous. Cependant, je ne m’étais pas rendue compte qu’elle pleurait à chaudes larmes, au fond de la pièce, dans un petit coin. Quand elle m’a vue, elle a pleuré de plus belle et en entendant ses sanglots, la patiente s’agita, ne comprenant pas ce qu’il se passait. Elle a commencé à bouger dans tous les sens dans le bain, cherchant à sortir, à planter ses ongles dans mon bras, j’étais trempée et elle glissait. Ça sentait la catastrophe. Je me sentais très seule à ce moment là avec mon stress qui augmentait, le cœur qui battait, je dégoulinais de sueur. Mon cerveau s’était mis en surchauffe et je ne savais plus quoi faire. J’ai donc d’abord dit à la stagiaire de sortir de la pièce, ce qu’elle fit. Ensuite, j’ai pris le temps d’expliquer à la patiente que tout allait bien, que j'étais là pour elle mais les mots me manquaient car je m’inquiétais à la fois pour la stagiaire à propos de son état émotionnel et pour la patiente dont je craignais la catastrophe… En une fraction de seconde j’imaginais mille scénarios où la patiente était en danger. De plus, je ne savais pas si c’était bien de dire à la stagiaire de quitter la pièce pour se reprendre. J’ai dû faire le vide dans ma tête et me concentrer sur la patiente, j’ai commencé à lui répéter que tout allait bien, je lui montrais les couleurs au plafond, ⤵️ suite dans les coms

A post shared by Matlea_psychomots (@matlea_psychomots) on

 

View this post on Instagram

RENCONTRE AVEC HANNIBAL ~ Certes, avec ce titre, peu de chance que je vous raconte une histoire de « «Martine à la montagne » mêlant fleurs et papillons. ~ Je rencontre Hannibal à l’hôpital de jour de l’incarcération, à la demande du psychiatre pour essayer d’accéder à une détente. Ce monsieur est dit psychotique (-chopathe plutôt ..). Il a peu accès à ses émotions et à celles des autres. Il est plutôt déconnecté de ses sensations corporelles. ~ Il est le premier adulte incarcéré que je rencontre. Alors, à l’approche de l’entretien, je suis plutôt contente ! Pas stressée. Pas inquiète. Juste contente d’enfin voir un patient et pas seulement apprendre l’organisation du milieu carcéral ! ~ Quand je ferme la porte du bureau derrière lui, j’ai une sensation bizarre. Je m’assois derrière mon bureau et je sens une sorte d’atmosphère froide et pesante. Il me regarde. Je me sens sondée. Analysée. ~ Nous commençons l’entretien avec quelques questions sur son parcours sa vie. Puis il me raconte le crime pour lequel il est incarcéré. Il me raconte les détails. De manière froide et sans émotion péricliter. Son regard me transperce. Ses mots me glacent. ~ Je commence à sentir mes muscles se serrer, des gouttes de sueur couler dans mon dos (mega glamour). Mes mains deviennent moites et je regarde machinalement la distance de mon bras avec l’alarme de sécurité. Je n’ai qu’une hâte, partir de cet espace clos. M’enfuir. ~ Dans mes mots et sur mon visage, j’essaie de ne pas faire transparaître mon mal-aise. Comment ? Merci aux années de théâtre et d’improvisation qui me permettent aujourd’hui de camoufler mon stress ! Je termine l’entretien, lui serre la main – avec ma main préalablement séchée sur mon pantalon 😉 – et file vite vite dans le bureau du psychiatre pour échanger avec lui. Nous décidons ensemble qu’un temps individuel n’est pas indiqué avec ce monsieur et qu’on réévaluera pas la suite ce qu’on peut lui proposer pour l’aider à s’apaiser. ~ (Suite en commentaires ! ⬇️⬇️⬇️) #instantpsychomot #psychomotricité #stress

A post shared by Pauline – Psychomot🍍☀️ (@pao.psychomot) on

 

View this post on Instagram

[La gestion du stress lors d'une prise en charge difficile] Nouvelle participation à l'#instantpsychomot avec le thème ci-dessus proposé cette semaine par @psychomot_liberal_ehpad. • • Comment je gère mon stress lorsque je me retrouve confrontée à une prise en soin difficile ? 🤔 • • Pour le moment, je n'ai pas eu de difficultés à gérer mon stress durant une séance, même difficile, en présence du patient. Dans "l'action", à chaud, je parviens à prendre du recul. • Le stress apparaît après, une fois la seance finie, lorsque je suis seule. Ce stress ce manifeste par des doutes : suis-je à la hauteur ? Suis-je en capacité d'apporter l'aide necessaire ? Je me repasse la séance de nombreuses fois, les questions se multiplient : Aurais-je du faire comme ci ? Comme ça ? Comment ? Pourquoi ? Pourquoi cette situation me met en difficulté ?… Je n'arrive plus à prendre du recul mais je ne peux passer à autre chose sans y voir un peu plus clair. 🤯 • Pour gérer ces pensées liées au stress de la situation, j'ai besoin de la verbaliser, tout en respectant le secret professionnel évidement. J'ai besoin d'être rassurée, de prendre conseil, d'échanger, d'exprimer mes difficultés et mon ressenti auprès de mon entourage professionnel ou personnel sur lequel je peux m'appuyer. (Merci notamment à @elo_la_psychomot 👍). Cela m'aide à démêler la situation, à changer d'angle de vu ou amène de nouvelles pistes de réflexion. • Une fois que j'ai pris le temps (globalement plutôt long !) d'analyser à nouveau la situation et de la démêler, je peux entrer dans le sas de "déconnexion" de type @netflixfr qui me permet de traverser entre "vie pro" et "vie perso" • Avouons que même lorsque je n'ai pas été confrontée à des situations difficiles ce sas m'est nécessaire ! • • Et vous comment vous déconnectez vois du travail/de l'école ? 🙃

A post shared by Psychomot Power (@psychomot_power) on

 

View this post on Instagram

J'ai quelque peu retarder la publication de l'#instantpsychomot de la semaine et pour cause, ça ne me rappelle réellement pas de bons souvenirs.. Il y a 3 ans de ça, après un passage de relai avec ma collègue, je commence a accompagner M., 8 ans. M est une petite fille assez forte corporellement parlant et qui ne sait absolument pas gérer la frustration. Les séances passent et un jour, M. n'était pas comme d'habitude. Elle était un peu plus absente, un peu plus compliqué a capter, pas une séance habituelle. Afin de l'apaiser un peu, je lui propose d'aller dans la piscine à balles et de s'allonger dedans. Je m'y installe aussi a sa demande. Puis, vient l'heure de la fin de séance. J'explique alors a M. que nous allons bientôt sortir de la piscine pour aller remettre nos chaussures et retourner sur son groupe tranquillement. La, je vois le regard de M. complètement changer et elle me saute dessus, m'attrapant le cou et serrant de toute ses forces. J'ai crié, je me suis débattue, mais allongée en plein milieu des balles, c'est compliqué de se mouvoir correctement. J'ai fini par perdre connaissance et je pense qu'à ce moment là, elle a lâché la pression autour de mon cou. En revenant a moi, M. était redevenue la petite fille calme et souriante de d'habitude. J'ai pris sur moi, l'ai raccompagné sur son groupe, ai explique la situation et je suis allée voir mon chef pour lui expliquer. L'infirmière m'a vu aussi, j'ai fini avec une entorse aux cervicales et un arrêt d'une semaine. J'ai eu la peur de ma vie. J'ai vu ma vie défiler. Au jour d'aujourd'hui j'ai toujours peur d'être face a elle, et je refuse de la revoir en séance seule. Elle sent que j'ai peur d'elle puisque lorsqu'elle me voit, elle tend ses mains vers mon cou.. Depuis ce jour je fais aussi du self défense, pour connaître les bases. Merci pour les multiples partages les instapsychomot @psychomot_liberal_ehpad @miss_psychomot @pao.psychomot @psychomamotricienne @psychomot_tls @psychomot_dubai @psychomot_times et tous les autres ❤️

A post shared by Camille Moreau (@campsychomot) on

 

View this post on Instagram

#instantpsychomot * ⚠️ Post Bisounours 🧸* Cette semaine, le thème de l’instant psychomot a été voté chez @psychomot_liberal_ehpad. Il s’agit de partager avec vous la manière dont on peut gérer le stress en séance de psychomotricité. . Personnellement ce sont mes collègues 🧡 qui m’aident à gérer le stress qui peut survenir dans ma pratique ! . En général, mon stress vient plutôt à l’arrivée d’un nouveau patient 👋. En effet, depuis que je travaille à Dubaï, ma patientèle est de type “libéral”. C’est à dire que je reçois des patients présentant des troubles plus variés que lorsque j’exerçais dans un centre dans lequel je recevais une certaine catégorie de patients avec des troubles similaires. . Cet aspect de ma pratique est très intéressant mais il peut également être parfois déstabilisant. 😬 Personnellement, je me pose donc beaucoup de questions, je fais des recherches 📃 et j’essaye de préparer au mieux mes séances. . C’est à ce moment-là que mes « super nanas » arrivent ! 🌟👯‍♀️ Car oui, pour réfléchir, j’ai besoin de … parler 😂 et échanger avec mes collègues me fait énormément avancer dans mes réflexions. Elles me donnent des idées💡, me parlent de leurs expériences ou bien elles me soutiennent tout simplement avec un petit mot d’encouragement 💪 . Que ce soit professionnellement ou personnellement, elles m’apportent beaucoup 🧡 j’en profite donc pour les remercier @manproye @tkassouflb et celles qui ne sont pas présentes sur cette photo 😊 . #instantpsychomot #psychomotricite #psychomot #psychomotor #therapy #childtherapy #dubaitherapy #sensory #dyspraxie #dyspraxia #autism #autisme #hautpotentiel #adhd #tdah #dys #dubai #uae #healthcare #pediatrie

A post shared by Psychomot_Dubai (@psychomot_dubai) on

 

 

View this post on Instagram

Gérer notre stress lors d’une prise en soin difficile est l’ #instantpsychomot de cette semaine. Animée par @psychomot_liberal_ehpad . De ma part, je remercie dieu de n’avoir jamais vécu une situation de stress difficile lors d’une séance de prise en charge d’un(e) patient(e). . Le stress, nous prend durant notre vie quotidienne. C’est à travers un changement d’humeur, un léger tremblement des mains et une augmentation de rythme cardiaque que j’arrive à saisir que je suis stressée. Ça m’arrive souvent durant les exams ou bien en présentation devant un public. . Une technique que j’ai trouvé efficace et que je pratique à n’importe quel moment/endroit/position pour gérer le stress : c’est LA RESPIRATION à travers l’AUTO-HYPNOSE J’ai eu une petite formation en hypnose au centre où j’exerce, et ça m’a permis de savoir comment me mettre dans un état d’hypnose avec guidance, puis j’ai appris à la pratiquer sans l’intervention d’une autre personne. . En pratiquant cette méthode, il faut décider tout d’abord ce que vous voulez exactement améliorer en vous et puis visez un objectif précis. . P.S : Rappelez-vous que vous seul êtes maître de votre changement 💪🏼♥️ . 📸: Mercii @psychomot.health 🥰🙏🏼

A post shared by 100% PSYCHOMOT avec S.Rania 🎈 (@srania.psychomot) on

 

Miss Psychomot
Miss Psychomot

Je m’appelle Rokiyah Hosen, je suis Psychomotricienne diplômée d’Etat et auteur, à l’origine de l’ #instantpsychomot. Je suis également maman de Junior et de BB avec qui je pratique l’Hygiène Naturelle Infantile (HNI). Ici je fais la promotion de mon métier et partage des ressources en lien avec la psychomotricité mais aussi bon nombre de réflexion inédite.

Aucun commentaire

Un commentaire pour échanger est la bienvenue

%d blogueurs aiment cette page :