J’ai interviewé Gladys Debieux, psychomotricienne, formatrice et auteure

Si tu ne connais pas Gladys alors que tu suis des comptes de psychomot sur Instagram, il y a un souci 😉 D’ailleurs, cette psychomotricienne est partout, de Facebook à Pinterest en passant par YouTube !
Son parcours et son actualité sont impressionnant. En effet, elle a sorti un livre sur le développement psychomoteur de l’enfant :
Voici quelques liens à propos du livre :
Et enfin une vidéo faite pour présenter son livre :

PRÉSENTATION

Parles moi de toi, qui es tu ? 

 

Je suis psychomotricienne et formatrice, spécialisée en petite enfance. Je suis originaire de la région bordelaise mais je suis depuis plus de dix ans en région parisienne. Je suis diplômée depuis 2004 de l’IFP de Bordeaux. Cela commence à faire quelques années…

Quel est ton parcours ? 
J’ai passé un bac scientifique, puis j’ai intégré la PACES (première année commune aux études de santé) pour passer le concours pour entrer à l’IFP de Bordeaux (c’est le seul institut à avoir ce fonctionnement). J’ai obtenu mon concours la deuxième année.
Après mon diplôme je suis allé en région parisienne pour trouver du travail et j’y suis restée (mais compte bien en bouger un jour).
J’ai également un D.U. en psychopathologie du bébé obtenu à l’université Paris 13 avec le Pr Moro. Et je viens de valider en juillet ma première année de master en sciences de l’éducation, parcours éducation tout au long de la vie, avec Paris 8.
Et comme apprendre est vraiment essentiel pour moi, je suis de nombreuses formations courtes, des stages de travail corporel et des MOOCS.
Ou et avec qui exerces tu actuellement ? 
Alors pour faire simple (du moins essayer) : je suis salariée à temps plein en tant que psychomotricienne et formatrice chez Enfance et compétences, dans lequel j’ai plusieurs fonctions :
– psychomotricienne en structures d’accueil petite enfance (sur le pôle Crèche Santé et Prévention) ;
– formatrice en formation continue des professionnel.le.s petite enfance ;
– formatrice en formation initiale des professionnel.le.s petite enfance, principalement pour les CAP Accompagnant Éducatif Petite Enfance et Educateurs Jeunes Enfants ;
– conférencière.
Enfance et compétences est basé en région parisienne mais je suis amenée à me déplacer ponctuellement hors région parisienne. J’accompagne sur le long terme 12 crèches la majorité sur Paris et le 77 mais aussi une à Villefranche sur Soâne près de Lyon et une à Brive la Gaillarde. Je peux également me déplacer pour dispenser des formations.
Sur le pôle Crèche Santé et Prévention, l’équipe comprend médecins, infirmières, psychologues et psychomotriciennes. Mon rôle s’axe principalement : l’accompagnement des professionnels (je participe par différents biais à leur parcours de professionnalisation) et des parents.
Et à titre bénévole, je suis membre du bureau du Réseau des Psychomotriciens de la Petite Enfance.
(non, non, je ne suis absolument pas passionnée par mon travail et hyperactive Emoji).
Comment organises tu ta semaine de travail ?
Du fait de ma réponse précédente, vous devez déjà vous doutez que les semaines ne se ressemblent pas et que le planning est très variable… Et comme je suis cadre, mes horaires aussi sont très variables… Bref sans mon agenda, je suis perdue…
En dehors des dates de formations qui sont fixées plusieurs mois, voire un an à l’avance, tout le reste de mon travail est à planifier au fur et à mesure des demandes et des besoins, des possibilités des structures… Et cela peut être amené à varier au dernier moment. Parfois je passe une journée entière sur une crèche, parfois je ne viens que pour une réunion… Certaines formations dure une journée, d’autres plusieurs jours. Mes horaires aussi sont amenés à varier selon les besoins, je peux venir très tôt sur une crèche (parfois dès 7h30) pour rencontrer une famille ou finir tard pour la même raison ou pour participer à une réunion à destination des parents (19h30 voire 20h). J’ai eu quelques interventions le samedi mais c’est exceptionnel et le dimanche c’est toujours un jour off.
Le point positif c’est que je suis relativement autonome pour organiser mon agenda au mieux en fonction de toutes les demandes.
Quelles sont tes loisirs ? T’en inspires tu durant les séances de psychomot ? 
Je suis passionnée de photographie. D’ailleurs les photos sur mon site Internet sont les miennes. Suivant mes lieux d’exercice j’ai eu l’occasion de mettre en place des ateliers soit avec la méditation photo, soit avec la médiation vidéo. Sur les réseaux sociaux, je suis réticente à mettre de photos de bébés et enfants et comme j’adore aussi me centrer sur des détails, j’ai fait une série « pieds et mains ».
Depuis mon diplôme, j’ai eu l’occasion, sur plusieurs années, de pratiquer différentes activités : Pilates, Feldenkrais, Body Mind Centering, FlyYoga notamment. Le pilates est la pratique qui m’inspire la moins pour mon travail de psychomot.
Dans le cadre de mon travail en petite enfance, j’ai développé depuis dix ans, différents projets et formations sur le thème de prendre soin de soi en tant que professionnel. Le feldenkrais, le BMC ainsi que le FlyYoga sont très inspirant. D’ailleurs dans le cadre de mon master, mon sujet de recherche est l’apport des pratiques psychocorporelles pour les professionnel.le.s petite enfance. Je pratique aussi la méditation en pleine conscience (l’application Namatata est assez sympa pour ça).
J’aime aussi beaucoup la randonnée et le contact avec la nature, le jardinage. La nature m’inspire beaucoup pour la photographie. et enfin la lecture, je lis beaucoup… (enfin d’après mon entourage et les étagères de mes bibliothèques… Emoji)
Que préfères tu dans ton travail ?
Tellement de choses. Mais pour faire bref, je dirais : qu’il ne soit pas routinier, d’être en mouvement aussi bien intellectuellement que physiquement, que chaque rencontre est unique et m’apporte son lot d’émotions et d’apprentissages…
Quelles sont les qualités que tu estimes nécessaires pour être un super psychomot ?
Chacun est différent et exerce avec sa personnalité. Comme qualités transversales, je dirais : grande adaptabilité – qualité d’écoute et d’empathie – savoir se remettre en question – créativité – être à l’écoute de soi et se connaître au mieux pour projeter le moins possible sa vie dans celle d’une autre personne.
Comment envisages tu le métier d’ici quelques années ?
A titre perso, tellement d’envie et d’idées en tête que ce n’est pas facile de répondre à cette question et de savoir là où j’en serais dans quelques années…
Concernant l’avenir de la profession, comme beaucoup, je souhaite une meilleure reconnaissance de notre profession, des études mieux adaptées aux évolutions de notre métier. Mais je pense aussi que le monde change, que le système de santé change et qu’il faut en tenir compte.
En France, il existe beaucoup de métiers et les patients ne s’y retrouvent pas toujours et c’est très gênant en plus quand différents professionnels se critiquent, voire plus, sur les Réseaux Sociaux à la vue de tous.
Il est donc nécessaire de réfléchir plus globalement au système de santé, à un meilleur partenariat des paramédicaux avec les médecins et des paramédicaux entre eux. Tout comme les médecins ont des années d’études communes puis se spécialisent ensuite, je me trouverais judicieux un système universitaire où tous les paramédicaux sont ensemble durant les trois premières années et se spécialisent ensuite durant les deux années de master. c’est certainement une utopie, mais cela me semble si pertinent.
Pour finir, raconte moi un de tes plus beaux moments comme psychomot ? 
Il y en a tellement que c’est difficile d’en choisir une, je vais donc botter en touche pour cette question et en profiter pour te remercier pour cette interview et pour tout le travail de promotion de notre métier que tu fais Emoji
Justement, comment utilises tu les réseaux sociaux ?
J’ai commencé à utiliser les réseaux sociaux car ayant un emploi où je côtoie beaucoup de personnes, il m’était souvent demandé des idées de livres, d’articles, de vidéos sur tel ou tel thème… Je me suis rendu compte que je passais beaucoup de temps à envoyer les mêmes articles par mail et que cela pouvait intéresser d’autres personnes… Alors j’ai mis quelques articles, vidéos et livres en ligne.
Puis étant à saturation de voir toujours les mêmes informations circuler et surtout les mêmes citations, les mêmes auteurs… j’ai eu envie de partager des citations et auteurs qui n’étaient pas visibles sur les réseaux sociaux…
Puis à la création de mon site internet, j’ai commencé à écrire mes propres articles, notamment à la demande de certaines personnes, mais le master m’ayant pris beaucoup de temps cette année, j’ai finalement peu écrit… mais de nombreux articles sont en mode brouillon sur mon ordi… A suivre…

❤️ Merci Gladys pour cet interview, vous avez ci dessous les couvertures du livre qu’elle a écrit :

au coeur du développement psychomoteur - des premières sensations à la marche - Gladys Debieux - gdpsychomotformatrice.jpg