J’ai interviewé Léa de @matlea_psychomots

Au tour d’un autre duo de psychomot après @histoire2psychomots, c’est Léa en premier qui se présente à travers cet interview. La semaine prochaine vous allez découvrir Mathilde, son acolyte derrière @matlea_psychomots .

J’aime découvrir les psychomotriciennes à travers ces articles, j’en apprend beaucoup mieux sur elles. Léa exerce en SSR gériatrique au sein d’une équipe investie. Ses posts sur le compte Insta sont très intéressant et source d’inspiration, je vous assure ! Allez vite le découvrir … après avoir lu son portrait d’abord 😉

 


PRÉSENTATION


 

Parles moi de toi, qui es tu ?

Je m’appelle Léa et je suis psychomotricienne depuis 2015 !

 

Quel est ton parcours ?

J’ai obtenu mon bac littéraire et ensuite j’ai passé ma première année de prépa Supsanté à Paris où j’ai échoué aux 2 concours de Paris. J’ai donc refait une 2ème année de prépa pour reconsolider les bases de biologie et cette fois-ci j’ai passé le concours à Lille, Toulouse et Paris (la Pitié-Salpêtrière et ISRP). J’ai été prise pour Lille et j’étais sur la liste complémentaire pour l’ISRP. J’ai attendu jusqu’à fin août pour recevoir ce fameux coup de fil pour m’annoncer que j’étais enfin acceptée à l’ISRP, j’étais super rassurée car je ne m’éloignais pas de ma famille.

View this post on Instagram

Quand je me présente, comme tout le monde je dis mon prénom. Je prononce une phrase et on décèle un accent particulier chez moi. On me demande toujours d’où je viens. Viens-tu du sud ? De l’Europe de l’Est ? Espagnole, italienne vu que tu as le physique d’une fille méditerranéenne ? Marocaine ? Mais d’où viens-tu ? Ah… pourquoi ai-je cet accent depuis toujours ? J’ai même une anecdote drôle : un jour, on mangeait dans un restaurant avec ma petite sœur et un garçon nous a demandé si on était sœurs, on répondit oui vu notre ressemblance et il s’étonna en disant : mais… comment cela se fait que toi tu aies un accent et pas ta sœur ? Tu as été adoptée c’est ça, tu viens d’ailleurs ? Que de mystère… Bon, j’arrête le suspense avec cette histoire d’accent ! Et bien, oui je l’ai depuis que j’ai appris à parler suite à des heures, des jours et des années chez mon orthophoniste qui m’a fait découvrir et aimer la psychomotricité. Je m’appelle Léa, je suis sourde profonde bilatérale de naissance, je possède un implant cochléaire et je me suis tant battue avec ma famille pour pouvoir exercer le métier de mes rêves. #combat #positiveattitude #vivreavecunhandicap #surdité #reussite #nothingisimpossible

A post shared by Matlea_psychomots (@matlea_psychomots) on

 

 

Ou et avec qui exerces tu actuellement ?

Je travaille dans un service de soins et de suite de réadaptation en gériatrie à Issy-les-Moulineaux. Et j’ai la chance de travailler avec une équipe pluridisciplinaire très riche et dynamique (ergothérapeutes, professeur d’activités physiques adaptées, kinésithérapeutes, diététiciens, orthophonistes et j’en passe…).

Comment organises tu ta semaine de travail ?

Je travaille à temps plein à l’hôpital. Je démarre à 9het termine à 16h36(vive la fonction publique !).

Pour l’instant, j’ai 2 groupes le lundi (groupe d’expression corporelle « corps en mouvement » avec mes collègues psychomotriciennes) et le jeudi (groupe de gymnastique douce avec une animatrice et parfois une professeur d’activités physique adaptée).

Bientôt, le groupe de Zumba pointera le bout de son nez avec ma super collègue professeur d’activités physiques adaptées.

Le reste du temps ce sont des séances individuelles dans une salle de psychomotricité, dans un espace de snoezelen ou même parfois à l’extérieur quand la météo le permet.

Dès que j’ai un peu de temps, je rédige les bilans psychomoteurs et je cote mon activité sur 2 logiciels.

View this post on Instagram

L’accompagnement psychomoteur peut se faire en individuel et/ou en groupe, après évaluation. Il requiert une prescription médicale et même une indication après discussion avec les partenaires de soin médicaux et paramédicaux. J’agis sur les différents domaines : prévention, éducation, rééducation, réadaptation et thérapie. En SSR gériatrie, j’interviens spécifiquement dans la restauration et le maintien de l’autonomie ainsi que la revalorisation des capacités restantes afin de favoriser un mieux-être psychocorporel. Il existe plusieurs domaines d’intervention comme sur le tonus (troubles de la régulation tonico-émotionnelle, atteintes neurologiques), le schéma corporel et l’image du corps (asomatognosie,héminégligence, désorganisation psychocorporelle, dévalorisation et désinvestissement psychocorporel), la sensorialité et la proprioception (déficits sensoriels et troubles proprioceptifs, douleurs), la relation et les émotions (troubles du comportement, difficultés relationnelles, troubles thymiques), la motricité (perte d’aisance corporelle et d’autonomie, atteintes motrices, troubles de l’équilibre, syndrome post-chute), la cognition. Les techniques et approches psychomotrices que j’utilise en fonction des besoins du patient sont les stimulations proprioceptives, sensori-motrices et kinesthésiques, les stimulations sensorielles, les stimulations des praxies et du maintien de l’autonomie, les stimulations cognitives et de l’orientation spatio-temporelle, la relaxation psychomotrice dynamique, les mobilisations activo-passives type Jacobson, Wintrebert, Schultz et Soubiran, l’expression et conscience corporelle, l’hypnose (depuis peu) à visée anxiolytique et antalgique, l’aide à la verbalisation et à l’élaboration des ressentis (étayage psychocorporel) et enfin l’accompagnement en soins palliatifs et fin de vie. J’utilise également le snoezelen et ai crée en binôme avec un kiné un groupe de relever du sol. Pour conclure, la pratique de la psychomotricité en SSR Gériatrie est applicable dans d’autres structures gérontologiques ou au domicile des personnes âgées. (📷 Sarah Goldberger) #geriatrie #besoindenous #vivelesvieux #reeducation #therapie #readaptation

A post shared by Matlea_psychomots (@matlea_psychomots) on

 

Quelles sont tes loisirs ? T’en inspires tu durant les séances de psychomot ?

J’adore la danse, le théâtre, le cinéma, la lecture, le yoga… Oui, parfois je m’en inspire, surtout pour l’expression corporelle.

Que préfères tu dans ton travail ?

Mes patients ! Ce sont eux qui me font lever chaque matin. Et bien sûr quelques de mes collègues avec qui je m’entends très bien et qui sont des réelles personnes ressources en cas de besoin. Et puis bien sûr, la liberté concernant l’emploi du temps.

Peux tu nous confier sur ce que tu aimes moins dans ton travail ?

Quand le service se retrouve en sous-effectif, les patients ne sont pas prêts, ils attendent pendant des heures au lit… Du coup, parfois j’aide mes collègues aides-soignants pour que le patient censé être vu en séance de psychomotricité soit prêt.

Quelles sont les difficultés que tu rencontres ?

Je ne rencontre pas de difficultés avec mes patients pour l’instant, ni avec l’institution.

View this post on Instagram

Avis aux jeunes et futurs diplômés à court d’idées, voici ce que mon sac de psychomot en gériatrie contient : Des balles sensorielles (à picots, lestées, colorées, petites, grandes, transparentes, légères, douces, molles…), des ballons de differentes tailles et poids, une physioball, un plateau d'équilibre, des briques en carton, des pierres de rivière, des dalles sensorielles, des bâtons et des cerceaux de différentes tailles, des anneaux, des foulards, des poids lestés, des empreintes mains et pieds, des accroches bâton/cerceau, des cônes, des plots, des cordes, un filet de volley, des raquettes, des huiles de massage, des huiles essentielles, un diffuseur, un projecteur de disque à huile, des tapis confortables, du papier canson, des pinceaux, de la peinture à doigt, du sable magique, des billes, de la colle, de la farine, de vieux journaux et de l'eau (vive le papier mâché ! ), des perles, de la laine, le tangram, le scrabble, l'équilibrio, le memory… Venez en commentaire compléter ce sac de psychomot qui à cette allure va ressembler à une valise 😁👜====>💼 #psychomotricité #psychomot #valise #sac #jeux #ateliers #materiel #motricité #cognitif #sensoriel #equilibre #detente #àvousdejouer

A post shared by Matlea_psychomots (@matlea_psychomots) on

 

Quelles sont les qualités que tu estimes nécessaires pour être un super psychomot ?

Bienveillance, adaptation, patience, écoute attentive, bon engagement corporel, bon ancrage et bonne solidité psychocorporels.

Comment envisages tu le métier d’ici quelques années ?

La psychomotricité sera de plus en plus connue et reconnue et… remboursée (il faut y croire). J’espère également qu’il y aura des nouveautés comme les médiations, les nouvelles études de recherche…

Quels sont les impacts de la psychomotricité sur ta vie ?

Un réel épanouissement. Je suis absolument ravie d’avoir tenu jusqu’à l’obtention du diplôme d’état, j’exerce l’un des plus beaux métiers. La plus belle des réussites dans ce métier est le sourire des patients.

View this post on Instagram

Enfin voilà le post à propos de la psychomotricité en rééducation gériatrique. Une petite vignette clinique afin de mieux comprendre la place du psychomotricien en rééducation. Je reçois une prescription médicale pour Mme S, 82 ans, hospitalisée pour une fracture de l’humérus due à une mauvaise chute en courant après le bus suite à sa visite auprès de son époux résidant en EHPAD. Son dujarrier au niveau de son bras abîmé est retiré au bout de 8 semaines et Mme bénéficie en parallèle de rééducation en kinésithérapie. Depuis le retrait de son dujarrier, Mme S garde son bras collé le long du corps de peur de réveiller de vives douleurs. Le médecin me demande s’il est possible de diminuer son anticipation anxieuse à la douleur avant les séances de kiné afin de pouvoir la sevrer de la morphine petit à petit. Je la rencontre donc dans sa chambre pour une première prise de contact en me présentant et lui proposant que l’on fasse un premier entretien afin de recueillir au maximum des informations à son propos, ses objectifs, ses difficultés dans sa vie quotidienne etc… Elle me répond d’emblée qu’elle a toujours été active, sportive et qu’elle ne supporte pas d’être dans l’attente, dans la douleur permanente mais surtout d’être dans la culpabilité de délaisser temporairement son époux atteint de la maladie d’Alzheimer « vous comprenez, je le voyais tous les jours, je l’entretenais afin qu’il puisse garder les capacités qui lui restent… ». Le soutien relationnel, l’écoute empathique et l’attitude bienveillante sont primordiaux dans un espace où le patient est souvent considéré comme un « corps objet des soins ». Je propose à Mme S de se voir 4 fois par semaine en chambre afin de bénéficier de séances de relaxation pour : l’aider à mieux gérer la douleur afin que les séances de rééducation se déroulent sereinement et que l’anticipation anxieuse à la douleur diminue, lui redonner un sentiment de sécurité psychocorporelle dans un contexte post-chute. J’utilisais particulièrement la relaxation Soubiran en débutant par les inductions verbales et en combinant l’hypnose puisque j’ai été formée à l’hypnoanalgésie. [suite ci-dessous en commentaire]

A post shared by Matlea_psychomots (@matlea_psychomots) on

 

Raconte moi un de tes plus beaux moments comme psychomot ?

Très dure comme question, j’en ai tellement…

J’ai eu une patiente âgée ayant des antécédents psychiatriques (tocs et anxiété majorée depuis le diagnostic de la maladie d’Alzheimer). Lorsqu’elle était très angoissée, il était compliqué de l’accompagner jusqu’en salle de psychomotricité à cause de ses tocs. Le contact était difficile à accepter pour elle. Une fois en salle, je lui proposais des séances basées sur l’expression corporelle car c’était le seul moment où les tocs et le manque du mot disparaissaient. Au bout de plusieurs mois de séances de psychomotricité, c’était sa dernière séance où au moment de nous dire au revoir, elle a posé sa main sur mon bras et m’a dit sans bégayer avec une voix d’une telle clarté en souriant : je ne vous embrasse pas mais le coeur y est, merci pour tout ce que vous m’avez apporté.

Et j’ai versé ma petite larmichette avec le coeur regonflé en bloc.

Enfin, comment as tu découvert MissPsychomot ? Qu’est ce que tu apprécies le plus sur le blog ou sur Instagram ?

Par hasard en créant notre compte avec Mathilde.

J’adore tout. J’apprends quelques notions qui m’étaient inconnues et elles sont très très intéressantes. J’aime aussi ton accessibilité et ton partage !

 

❤️

Merci pour ta participation

Clique pour avoir accès au lien

Miss Psychomot
Miss Psychomot

Je m’appelle Rokiyah Hosen, je suis Psychomotricienne diplômée d’Etat et auteur, à l’origine de l’ #instantpsychomot. Je suis également maman de Junior et de BB avec qui je pratique l’Hygiène Naturelle Infantile (HNI). Ici je fais la promotion de mon métier et partage des ressources en lien avec la psychomotricité mais aussi bon nombre de réflexion inédite.

Aucun commentaire

Un commentaire pour échanger est la bienvenue

%d blogueurs aiment cette page :