4 points importants avant de se lancer en libéral

Après un premier article sur quel statut choisir en libéral, puis les investissements, voici 4 points que j’aurais aimé connaître en me lançant en libéral. Je n’ai pas voulu parler des points administratifs mais plutôt des choses auxquels on ne pense pas toujours, ou des choses pouvant être inconnu.

 


1. COTISATION RETRAITE : CIPAV – URSSAF ?

Mais quel affreux casse tête difficile encore à comprendre…

Voici le retour d’une conseillère de la CIPAV après plusieurs appels et interlocuteurs…
– Les psychomotriciens exerçant avant le 01/01/2018 sont affiliés à la CIPAV
– Les psychomotriciens exerçant à partir de 01/01/2018 en auto entrepreneur cotisent
au RSI qui a fusionné avec l’URSSAF
– Les psychomotriciens exerçant à partir de 01/01/2018 en déclaration contrôlé
cotisent encore à la CIPAV
– A partir du 01/01/2019 ils pourront faire la demande d’être affilié à l’URSSAF.

Me concernant (déclaration contrôlée, installée le 10/10/2018) j’ai cotisé à la CIPAV du 10/10 au 31/12/2018, mais je n’ai toujours pas eu mon appel de cotisation. Je suis depuis janvier 2019 affilié à l’URSSAF sans avoir eu besoin de faire la lettre de résiliation dont la CIPAV m’avait parlé.

L’affaire est donc encore à éclaircir étant toujours en attente de plusieurs questions…


2. FORMATION FIF PL (Fonds Interprofessionnel de Formation des Professionnels Libéraux)

Le FIF PL est un fond d’assurance formation agréée par Arrêté Ministériel. L’inscription se fait via leur site web. Chaque année le budget change, pour cette année il était de 900 euros. Cependant seules les formations dispensées par des organismes de formation référencés DATADOCK et dont le programme répond aux critères de la profession concernée, pourront être prises en charge par le FIF PL.

3. INSCRIPTION À L’AFPL (Association Française des Psychomotriciens Libéraux)

En adhérant à cette association, vous bénéficiez de documents pour favoriser votre installation, elle rassemble et met à disposition les informations nécessaires à un exercice libéral (Modèle d’affichage facture et tarifs, dossier MDPH, Loi Dutrueil,etc…), .

Elle offre une assistance sur toutes les questions concernant l’exercice libéral. Elle permet aussi une réduction de 15% pour les tests ECPA (sauf nouveau test et promotion), réservé aux adhérents.


4. LES PRESTATIONS « EXTRE-LÉGALES »

La psychomotricité n’est pas remboursée par la sécurité sociale, mais il existe quelques possibilités permettant l’obtention d’aides financières :
– avoir un dossier MDPH (Maisons Départementales des Personnes Handicapées)
– les mutuelles
– les prestations extra-légales

Je parlerai uniquement des prestations extra-légales qui correspondent à une aide à titre exceptionnel. Cette aide individuelle provient de la CPAM (Caisse Primaire d’Assurance Maladie). Il est possible d’obtenir cette aide sans avoir de dossier MDPH.

Une assistance sociale peut aider votre patient à montrer son dossier. Il est nécessaire de remplir certains critères (notamment les conditions de revenus) pour obtenir cette aide.

 

Avant de vous lancer en libéral n’hésitez surtout pas à poser vos questions à des psychomotriciens. D’autant plus qu’avec les réseaux sociaux c’est très simple et facile d’accès.

 

Ecrit par Ombeline

 

Clique pour avoir accès au lien
Miss Psychomot
Miss Psychomot

Je m’appelle Rokiyah Hosen, je suis Psychomotricienne diplômée d’Etat et auteur, à l’origine de l’ #instantpsychomot. Je suis également maman de Junior et de BB avec qui je pratique l’Hygiène Naturelle Infantile (HNI). Ici je fais la promotion de mon métier et partage des ressources en lien avec la psychomotricité mais aussi bon nombre de réflexion inédite.

Aucun commentaire

Un commentaire pour échanger est la bienvenue

%d blogueurs aiment cette page :