J’ai interviewé Mini Psychomot

Aujourd’hui, c’est une étudiante en psychomotricité que j’ai eu l’occasion d’interviewer. Vous la connaissez peut être sous son pseudo mini_psychomot !

Elle traite des sujets très intéressant comme le harcèlement scolaire ou encore la dyspraxie de son expérience.

Une future psychomot sensible et sensibilisée aux éventuelles difficultés que pourraient vivre ses futurs patients.

Je lui souhaite beaucoup de réussite !!

 

 


PRÉSENTATION

  • Instagram: @mini_psychomot  
  • Année d’étude : 2e année
  • Institut : ISRP
  • Diplôme prévu en : 2021
  • Stage effectué et en cours : l’EREA (Etablissement Régional d’Enseignement Adapté) / CEOP (Centre Expérimental Orthophonique et Pédagogique) / crèche / maternelle / libéral / CAJM (Centre d’Activité de Jour Médicalisé)

 

Parle nous de toi, qui es tu ? 

J’ai 22 ans, j’adore faire de l’impro, rire, discuter… Coté sport, ça a toujours été compliqué, surtout les sports de balles, car je suis dyspraxique.

J’ai grandi en Argentine de mes 5 à 10 ans ( c’était une très belle expérience)

En rentrant en France, j’ai subi du harcèlement solaire, il faut dire qu’a cause de ma dyspraxie je me sentais un peu différente, mais la cause réelle était surtout le manque de sensibilisation au harcèlement à l’école…. Ce à quoi j’aimerais remédier plus tard ( à mon échelle…).

J’ai aussi eu un super papa malade qui m’a appris a regarder les personnes handicapés d’un autre œil … et qui maintenant m’apprend que l’amour est bien plus fort que les limites de la vie !

 

 

Quel est ton parcours scolaire ?

J’ai eu un bac ST2S, puis après un an a Londres ( jeune fille au pair) j’ai fais un an de prépa et j’ai eu le concours… appelée le 31 août, quel soulagement !

Je pensais que ça allait être dur de réussir, mes profs de bio du lycée m’avaient dit que ça allait être compliqué parce que  » c’est sur le programme de S », « t’es sure que tu peux avec ta dyspraxie ? ». Je suis donc très fière de faire les études de mes rêves!

J’ai fait plusieurs stages courts à la fin de la prépa : 

  • à l’EREA (Etablissement Régional d’Enseignement Adapté) Toulouse-Lautrec qui accueille de jeunes handicapés moteurs, ce stage m’a beaucoup apporté, j’ai découvert que s’occuper d’enfants handicapés, c’était d’abord s’occuper d’ENFANTS !
  • au CEOP (Centre Expérimental Orthophonique et Pédagogique) qui scolarise des enfants sourds et malentendants, j’ai découvert l’utilité de la psychomotricité sur ce public, j’ai pratiqué la langue des signes que j’avais apprise au lycée.

J’ai fait 2 stages en 1ere année de l’ISRP:

  • Un stage en crèche, je devais observer le développement d’un enfant, il était trop chou !
  • Un stage en maternelle où il y avait une psychomot qui proposait des activités aux enfants après 16h30, ça m’a permis de voir comment les enfants sans difficultés se débrouillaient, mais j’a aussi pu voir un petit garçon avec suspicion de TSA ( trouble du spectre autistique) et un petit garçon malentendant, ce qui était très intéressant.
  • Je commence la semaine prochaine deux stages longs: un en libéral et l’autre en CAJM (Centre d’Activité de Jour Médicalisé) pour adultes TSA ( trouble du spectre autistique) , j’en parlerai sûrement prochainement sur mon compte !

 

View this post on Instagram

Maladie vue de l’intérieur En cours on apprend des choses, c’est passionnant mais ce qu’on ne sait pas c’est ce que voit la famille et le malade de la maladie ? – – "Un patient atteint de la maladie d’Alzheimer n’oublie pas tout, il garde juste le plus important : l’amour." – – Ce n’est pas qu’un patient dans un EHPAD, c’est un grand père, une grand-mère, un papa, une maman, un frère, une sœur… quelqu’un d’important, quelqu’un qui a vécu avant d’être malade, quelqu’un qui aime peindre, chanter, faire du vélo, lire,… quelqu’un qui sait même si il ne parle pas, quelqu’un qui nous reconnait mais qui ne l’exprime pas, quelqu’un qui sait qu’il est malade, ou qui ne le sait pas. Ils sont tous différents, ils ne sont pas une maladie, ils sont juste des gens, comme nous. On peut être en fauteuil, on peut avoir une canne, on peut ne rien y voir, et même ne rien entendre. On peut avoir tout ça, on peut être un papa, une maman, avoir des enfants, être un enfant, aimer jouer, aimer danser, aimer parler ou signer. Être handicapé c’est juste une particularité. Avec de la tolérance on voit en transparence : si on regarde bien on ne voit plus le handicap on voit…la personne qu’on a en face de soi. – – [temoignages dans le prochain post] – – #minipsychomot #handicap #maladie #amour #vie #psychomot #famille #différentcommevous #difference #semblable #psychomotricité #therapie #joie #regard #different #changer #regarder

A post shared by mini psychomot ! (@mini_psychomot) on

 

Comment as tu découvert la psychomotricité ?

Tout d’abord en tant que patiente ( dyspraxie oblige), puis en tant que fille de patient, en effet j’ai un super papa qui était atteint de la maladie d’Alzheimer et qui voyait une super psychomot qui m’a fait découvrir une partie de ce super métier. Enfin, je me suis renseignée et je suis tombée amoureuse de ce métier ( oui oui)

Qu’est ce qui t’attire dans cette profession ?

Le fait de rééduquer par le jeu et de nombreuses autres médiations, de prendre en charge le patient dans sa globalité, parce qu’un patient ce n’est pas une pathologie, c’est une personne.

Que redoutes tu dans cette profession ?

Il y a plein de patients différents, j’ai peur de ne pas savoir gérer certains patients, de ne pas savoir quoi faire avec eux, de ne pas bien s’avoir m’adapter.

Quel est ton projet professionnel ? Avec quelle population souhaites tu travailler, dans quelle type de structure ou non etc.

Je suis très intéressée par les troubles du spectre autistique, la surdité,… j’aimerais aussi travailler avec des enfants handicapés dans un IME (Institut Médico-Educatif) par exemple.

Enfin, je rêve d’ouvrir un jour un lieu d’accueil pour les bébés malades ou handicapés qui ne peuvent pas être accueillis en crèche, pour soulager les parents et faire découvrir tout leur potentiel aux enfants !

 

View this post on Instagram

Impro et psychomot . . En plus d'être futur psychomot, je fais de l'impro depuis 2 ans et j'adore ça ! Et du coup pourquoi ne pas lier les 2 ? . . L’improvisation théâtrale fait travailler de nombreux items psychomoteurs : schéma corporel et tonus pour incarner de multiples personnages, un enfant, une personne âgée, un démon ou un ange, et pourquoi pas un chien ou une carotte ? On joue aussi beaucoup avec l’espace scénique qui est parfois encombré d’objets imaginaires contre lesquels il ne faut pas se cogner. Le temps est une donnée primordiale puisque toutes les impros sont en temps limité ……. Attention à prévoir une chute avant la fin ! En plus, l’improvisation théâtrale peut aider les patients inhibés ou manquant de confiance en eux. Bien sur l’impro s’adapte à chaque acteur donc à chaque patient ! cette activité peut facilement se faire en groupe mais, seul avec un patient, ça peut suffire si le psychomot s’y met ! . . #psychomot #psychomotricité #improvisation #impro #théâtre #temps #espace #schémacorporel #imageducorps #motricité #coordination #dissociation #coordinationstatique #équilibre #inhibition #spontanéité #personages #jeuthérapeutique #minipsychomot

A post shared by mini psychomot ! (@mini_psychomot) on

 

Comment trouves tu les études de psychomotricité ? 

Je trouve ça génial ! Je ne pensais pas avoir autant de pratique, par contre, je pensais avoir plus un « mode d’emploi »: genre ce qu’il faut faire avec chaque patient selon sa pathologie… je me suis vite rendu compte que ce « mode d’emploi » n’existe pas!

Quelles sont tes matières préférées et celles que tu aimes moins ?

J’adore les pratiques ( j’ai fait du théâtre, du jonglage, du tai chi…) c’est super ludique, on apprend beaucoup!

Sinon, les matières que j’ai le moins, c’est la neuro et l’anatomie, parce que il y a beaucoup de choses à apprendre et que c’est moins ludique ( en plus les profs vont super vite… et moi et ma dyspraxie on est un peu à la traîne!) . Mais toutes les matières sont inintéressantes!

Un conseil pour les étudiants en psychomotricité ?

Bosser dès le début !Apres le concours je me disais que le plus dur était passé et donc je me suis relâchée un peu trop!

Pour conclure, comment as tu trouvé le blog ou le compte Instagram Miss Psychomot, qu’est ce que tu apprécies et souhaiterait voir comme publication ?

Je suis tombée dessus avec mon compte perso ( avant de débuter mon Insta psychomot ) grâce aux #psychomot et #instantpsychomot. Je trouve ce compte super intéressant, il me permet de découvrir l’HNI (Hygiène Naturelle Infantile) et plein de petites activités à faire avec les enfants!

❤️❤️❤️

Clique pour avoir accès au lien
Miss Psychomot
Miss Psychomot

Je m’appelle Rokiyah Hosen, je suis Psychomotricienne diplômée d’Etat et auteur, à l’origine de l’ #instantpsychomot. Je suis également maman de Junior et de BB avec qui je pratique l’Hygiène Naturelle Infantile (HNI). Ici je fais la promotion de mon métier et partage des ressources en lien avec la psychomotricité mais aussi bon nombre de réflexion inédite.

Aucun commentaire

Un commentaire pour échanger est la bienvenue

%d blogueurs aiment cette page :