Pourquoi ce lien fort entre HNI et mon métier de psychomotricienne ?

Bon nombre de psychomotriciens exerce dans le domaine de la petite enfance au sein de structures qui accueillent des bébés et bambins comme des crèches. Ils sont les interlocuteurs privilégiés des parents et collègues professionnels comme les EJE (Educateurs de Jeunes Enfants) ou les auxiliaires de puériculture lorsque ces derniers ont besoins d’éclairage sur le développement psychomoteur d’un enfant.

La question de l’étape de la propreté en fait partie tant elle inquiète.

 

Être continent est devenu un impératif social pour être accepté à l’école maternelle. C’est pourquoi, le psychomotricien devrait être sensibilisé à l’hygiène naturelle infantile, notamment sur ses outils car elle peut être une solution ou un élément de réponse.

Les connaissances transmises dans les instituts de formation résume encore que la continence est uniquement dépendante de la maturation des sphincters et qu’un des signes est la capacité de l’enfant à monter seul les escaliers.

Avant la découverte de l’hygiène naturelle infantile, c’est exactement ce que je répondais en ajoutant qu’il fallait également attendre que l’enfant soit prêt et en fasse la demande. (Cela permet d’ôter un peu la pression aux parents, qui est déjà parfois bien pesante)

Je suis certaine que cette croyance est encore répandue et transmise aux jeunes parents de nos jours, il suffit de lire les articles et post Instagram sur le sujet pendant l’été !

Et c’est le moment que je choisi pour ne pas publier … totalement incohérent mais nécessaire, le repos est nécessaire après des mois de folie lol

 

Au même titre que la motricité libre ou la philosophie de Montessori, les psychomotriciens ont une légitimité à se former à l’hygiène naturelle infantile. D’ailleurs, ils ne devraient pas être les seuls à bénéficier de ce savoir. Les éducateurs, les auxiliaires de puéricultrice, les assistantes maternelles, les aides-soignants parmi les professionnels exerçant auprès d’enfants auront beaucoup à gagner.

Il est important à mes yeux de transmettre mes connaissances sur l’hygiène naturelle infantile en apportant un éclairage scientifique afin de rassurer les collègues.

Je vous raconte …

Un jour, un article (<< pour le lire) écrit en collaboration par Ariane, auteure du site HNI QUÉBEC, transmis sur le blog de Karine la sage-femme  a porté confusion dans un groupe facebook composé de psychomotriciens. A la fois intrigués et bouleversés par l’hygiène naturelle infantile, certains s’inquiétaient car l’approche paraissait contraire aux connaissances transmises jusque-là. Ils avaient à leur tour besoin de témoignage de collègues qui ont vécu l’expérience afin de légitimer cette pratique. En effet, si des psychomotriciens ont testé l’hygiène naturelle infantile et n’ont rien observé de traumatisant pour leur propre enfant, ce serait plutôt bon signe.

Une vraie situation de dissonance cognitive (tension interne propre au système de pensées, croyances, émotions et attitudes d’une personne lorsque plusieurs d’entre elles entrent en contradiction l’une avec l’autre.)

Fort heureusement, ces mères psychomotriciennes valident à l’unanimité la pratique … Je n’ose imaginer le drame.

OUF On a frôlé le drame sur Facebook

 

J’ai encore beaucoup à raconter mais je réserve la suite dans un prochain article. Si cela vous a plu ou titiller votre curiosité, n’hésitez pas à commenter.

Et si justement, vous souhaitez être formé à l’HNI en tant que professionnel de la parentalité et de l’enfance, je lance une session inédite pour cet été. J’avais prévu de me reposer mais je me suis dis que cela serait chouette pour vous de démarrer la rentrée avec une nouvelle corde professionnelle, celui d’être un accompagnant en HNI 😉

Vous pouvez trouver le formulaire de pré-inscription ici

Un commentaire pour échanger est la bienvenue