Réflexion sur la division entre professionnels

Quand la division chez les professionnel.les de santé profite aux autres …

Les autres ce sont les accompagnants ou parents (parfois non) populaires qui donnent des conseils (non personnalisés) sur internet.

Je précise que tous les accompagnants à la parentalité  ne sont pas dans le même panier, certains sont formés.

Je précise que même une professionnel de santé diplômé peut être à côté de la plaque aussi hein. Même s’il doit se former en continu et réactualiser ses connaissances.

Non

Je ne me considère pas faire partie d’une élite parce que j’ai fais

Des années études
Des mois de stages
Des nuits de révisions
Des journées d’examens
Des heures d’écritures

Je ne me considère pas faire partie de l’élite parce que

Mon diplôme a été délivré par le ministère de la santé
Mon numéro adeli identifie chaque professionnel sur sa carte de professionnel de santé
Je fais partie du groupe des professionnels de la santé

(je répète beaucoup professionnels de santé, exprès)

Mais au sein de ce groupe, il y a des divisions, des batailles d’ego alors que sur instagram, n’importe qui peut se prétendre pro sans se nommer professionnel, et poster des injonctions sans queue ni tête, sans fondement ou même obsolètes sur la parentalité, l’éducation qu’il nomme accompagnement de l’enfant, mais les pro (ceux qui sont diplômés) vont principalement les ignorer et non les pointer du doigts. Pas en public. En tout cas.

Pendant que je parle d’accompagnement vers une autonomie de la continence avec l’HNI à tout âge, selon le contexte familial et environnement, selon les acquisitions en cours et maîtrisée de l’enfant en me basant sur le développement psychomoteur de l’enfant, je met ma légitimité et crédibilité professionnelle en jeu à chaque fois que je publie.

Alors que d’autres n’ont rien à perdre, tout à gagner (surtout de l’argent, mais cela fera l’objet d’un autre post, en attendant celui de ma collègue ici est top)

Pour ceux qui connaissent un peu la CNV (communication nonviolente (c)) de M. Rosenberg, je conclus mon article par l’observation, mes sentiments, mes besoins et mes demandes :

J’observe des post Instagram sur le sujet de la propreté, la continence et l’hygiène naturelle infantile qui ont une meilleure audience en interaction visible mais j’observe aussi que les miens peuvent susciter un débat entre professionnels de santé (ce n’est pas à moi d’écrire cela, ah bon ?)

Mes sentiments sont mitigés entre inquiétude et agacement

Mes besoins sont l’harmonie, légitimité, reconnaissance et équité

Mes demandes sont claires : partagez, commentez, likez si vous pensez que le contenu est intéressant et peut être utile à d’autres, dans le cas contraire, n’interagissez pas simplement. Il n’est pas utile de lancer un débat entre professionnel alors qu’on ne lance pas de débat avec les « autres ».

Ce qui me peine c’est :

Je publierai en tant que maman qui raconte son expérience, mes propos passeraient crème.

Je publierai en tant que maman accompagnante qui donne des conseils, mes propos passeraient crème.

Dès lors que c’est Miss psychomot, alors que le plus drôle, c’est que je n’ai juste transmis vos propos (et je n’ai pas encore donné mon opinion dessus), on lance un débat entre profession … auquel je répond par cet article ^^’

Il faut rester sympathique sur Instagram.

Sinon voici mon post sur Instagram.

Un commentaire pour échanger est la bienvenue