Quand l’allaitement est évoqué en entretien

486A3A42-2688-4412-8081-F21D9D8918D7

Partager l’article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram

C’est un morceau de l’histoire de l’enfant mais pas que, la mère, le père et parfois la fratrie est concerné.

Lors d’un entretien, sont évoqués la grossesse, l’accouchement mais aussi l’allaitement : les difficultés et les épreuves autour de la périnatalité et de la maternité sont racontées.

Il se peut qu’on entende les souffrances, les regrets, les carences, qui ne sont pas toujours cicatrisées.

Il se peut qu’on entende les joies, les satisfactions, les sentiments de fierté qui anime ces familles.

 

Chaque histoire est différente, on le dit, on le sait … vraiment ?

 

Mais si vous aviez idée à quel point l’allaitement peut marquer une vie quand l’aventure lactée idéalisée n’a pas été de tout repos …

Sevrage brutal, manque d’accompagnement, incompréhension, jugement etc.

 

  • Voici une petite anecdote parmi tant d’autre :

 

Un jour, lors d’un entretien pour bilanter un jeune garçon, sa mère me confie qu’elle se sent plus proche de son dernier. Selon elle, c’est parce que l’allaitement a duré longtemps jusqu’au sevrage naturel. Alors qu’avec sa fille aînée (avec un grand écart d’âge ce qui suppose un accompagnement et/ou une mise à disposition des informations diffèrent), elle a du reprendre le travail à 3 mois et renoncer à l’allaitement. Elle n’a pas connu les tétée câlin de jeune bambin.

 

 

J’entends de la culpabilité, du regret, de la gêne vis à vis de ses sentiment mais aussi beaucoup de questionnement.

 

En tant que psychomotricienne, j’accueille les émotions et les ressentis avec bienveillance mais je ne suis pas compétente pour répondre. C’est son vécu.

 

Est ce qu’il y a une influence sur sa relation actuelle avec ses enfants ? Est ce qu’il y a un lien avec les difficultés psychomotrices actuelles de son garçon (motif de consultation principal : agitation) ?

 

L’orientation vers un psychologue peut être envisageable pour la mère en cas de besoin. Je suis la psychomotricienne de son fils, il y a plein d’hypothèse et de lien possible entre ses difficultés relationnelles actuelles ou au contraire aucune incidence ?

 

 

En cette semaine mondiale de l’allaitement maternel je voulais partager l’importance de diffuser des informations sur cet acte, bien que naturel, pour permettre à chaque mère de vivre sereinement leur aventure lactée ou non, sans regret.

Qu’on ait allaité, qu’on n’ait pas pu, qu’on ait voulu, qu’on ait arrêté, qu’on n’ était pas attiré ni intéressé, qu’on ne savait pas comment faire etc … être informée permet d’être éclairée et libre de ses choix.

Parfois, pour faire le deuil d’un allaitement écourté (ou raté) certaines mères s’engagent à parler de ce sujet pour que d’autres n’aient pas à en souffrir. Ce n’est pas forcément être PRO allaitement et CONTRE biberon.

Comme j’aime l’avoir lu un jour sur Instagram : tout le monde peut connaître le mode d’emploi du lait en poudre, c’est rappelé sur la boîte, mais pas celui de nourrir son nouveau né au sein surtout en cas de difficultés.

 

Je partage mon témoignage, si cela peut aider certaines mères ❤️

Pour conclure, je t’invite à lire mon dernier post Instagram qui comprend mes RESSOURCES en terme d’aide sur l’allaitement, avec une illustration plein de douceur que j’ai eu beaucoup de plaisir à dessiner :

https://www.instagram.com/p/B0s2hUGInEU/?igshid=1dum0nrjl3oee

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *