Histoire de Miss Psychomot

mere

Partager l’article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram

La journée psychomot du 19 septembre coïncide avec l’anniversaire de mon lancement en tant que psychomotricienne sur les réseaux sociaux : l’ouverture de ma page Facebook pro en 2016.

Depuis, que s’est-il passé ?

Pour une lecture plus fluide, les liens se trouveront à la fin de l’article, de quoi prolonger et maintenir votre soif de curiosité.

Allez, c’est parti.

La première année.

Septembre 2016

Pour me lancer après m’être inscrite comme auto entrepreneur, il me fallait construire une identité visuelle à travers un logo, afin de me sentir légitime. Je me suis donc tourner vers une graphiste So Graph qui m’a merveilleusement accompagnée. En plus d’être douée, elle a été patiente et à l’écoute.

En plus de mon premier logo, on a travaillé sur ma carte de visite et mon flyer (qui en a subi des modifications)

 

L’interieur de mon dépliant est très visuel

 

Octobre 2016

Démarrage officiel de mon activité professionnelle comme salariée à mi temps en Ehpad (maison de retraite) et libérale à domicile grâce au bouche à oreille mais aussi Facebook. J’y relais simplement des articles ou vidéos que j’ai apprécié et publie quelques photos du quotidien.

Je commence à être à l’aise avec instagram également.

Après 2 années de publications

Je participe à un salon / événement dédiée à lentreprenariat féminin. L’organisatrice reçoit beaucoup de commerçante et apprécie mon profil. Elle me propose une intervention sur scène sur l’estime de soi.

Le salon ne me rapporte pas de patient, car trop loin de mon secteur géographique et ce n’était pas mon intention première. Je voulais juste présenter la psychomotricité et me lancer ce challenge. J’accepte alors en plus de tenir mon stand.

 

Quand je parle de psychomotricité, dur de m’arreter

 

 

Mars 2017

Une opportunité se présente à moi avec la possibilité de travailler au sein d’un cabinet pluridisciplinaire.

Le domicile pratiqué en hiver m’a peut être épuisé car les rdv ont lieu après l’école, donc aux heures de pointes et il faisait nuit quand je rentrais.

Je précise qu’en tant que maman à peine délivrée des études de psychomotricité et ses contraintes (comprendre peu de disponibilité), j’ai choisi de restreindre mes jours d’intervention à domicile pour avoir mon mardi après midi et mon mercredi (oui oui) avec Junior. Faite le calcul avec mon mi temps en Ehpad, mes créneaux étaient donc limités ET imposés.

Ma voiture rassemblait pas mal de matériel

 

Alors que j’étais en période de réflexion, j’ai reçu un appel pour un suivi mais trop loin de chez moi, mais parfait pour le futur cabinet. Elle a eu mes coordonnées par une psychologue rencontrée au salon en novembre, Ilhame.

J’accepte donc d’intégrer ce jeune cabinet et finit certaines prises en charge à domicile.

Le début et le démarrage sont lent, mais ma zone “géographique” d’intervention étrangement s’élargit car ce sont les familles qui décident de se déplacer.

Juin 2017

Fin de l’année scolaire, en ne travaillant qu’une journée au cabinet que j’ai réussi à remplir lentement. Finalement, je reçois pour pas mal de bilan psychomoteur mais peu de suivi. Pourquoi ? Parfois il s’agit de moyen financier limité, parfois il s’agit juste de rassurer les parents sur le développement psychomoteur.

 

Il est temps d’oser se lancer financièrement et d’investir dans tes tests

Juillet 2017

J’aime appeler ce mois : “chômage technique” car je n’avais pas spécialement prévu d’être en congé. Le peu de suivi que j’avais s’est solde par des annulations ou report de rdv.

Malgré cela, je restais active sur les réseaux.

Les appels pour des nouveaux bilans avec suivis ont commencé à être assez nombreux pour remplir ma seule journée de travail.

 

Août 2017

En prévision de la rentrée, les bilans s’enchaînent.

 

Je n’imaginais pas que ma première année soit aussi enrichissante sur le plan personnel

Bilan de ma première année :

– Je suis passée d’une activité à domicile répartie par ci par là dans la semaine à une journée au sein d’un cabinet. Moins de déplacements, tout le matériel est sur place. Un réel confort. Je n’étais pas toujours seul au bureau vu qu’il y avait aussi mes collègues.

– J’ai quand même animé une conférence quoi !! Je suis carrément sortie de ma zone de confort.

– J’ai animé un atelier découverte sur la psychomotricité et j’y ai rencontré des futurs parents de patients mais aussi Fatima de l’asso Oumma Potentiel.

– J’ai aussi écris 2 articles pour Ahly Magazine. J’ai ressenti de la fierté personnelle avec sentiment d’accomplissement. Moi qui aime tant écrire.

– J’ai une plaque dorée … le chemin fut long après en avoir rêvé. Là encore, c’est un sentiment d’accomplissement personnel vu les embûches que j’ai pu rencontré et celles que je n’aurai pas à vivre.

 

J’en ai parcouru du chemin tout comme cette patiente

2eme année

Septembre 2017

La rentrée démarre bien avec de nouveaux patients et quelques anciens. J’enchaine encore les bilans et je continue de consulter une seule journée par semaine. L’analyse et la rédaction des bilans prend beaucoup de temps. C’est comme si je travaillais 5 jours minimum sur 7 : 2 jours comme salariée, 1 au cabinet, et 2 à la maison.

En parallèle, j’accueille en stage pour une durée d’un mois, une étudiante de psychologie qui veut devenir psychomotricienne. Je la reçois dans la maison de retraite et aussi au cabinet ce qui m’oblige à être plus claire et accessible : être concise, pas trop technique, pédagogue etc. Cela se ressent sur les publications Instagram. Je ressens moins le besoin de me cacher derrière un jargon.

 

Janvier 2018

Le cabinet tourne bien, je n’ai pas de « trou » dans ma journée dédiée. Une légère file d’attente. Je dois être plus efficace. Je me lance sur Docorga pour la gestion de mes rdv et de la compta.

Une magnifique nouvelle personnelle va chambouler le reste de l’année scolaire. Il faut que je songe à me faire remplacer pour la rentrée 2018. Je reprends contact avec une étudiante en psychomotricité qui m’a rencontrée l’année dernière que je n’ai pas pu prendre en stage. Je lui propose de la prendre en stage complémentaire et si tout va bien, qu’elle me remplace.

En parallèle, j’ouvre le blog www.misspsychomot.com sans savoir qu’il allait être une source de motivation pour continuer à m’instruire dans le but de partager encore plus.

Mars 2018

Comme elle ne peut se rendre à mon cabinet le seul jour où j’exerce, étant également en stage dans un autre cabinet, je dois ouvrir un autre jour. J’avais tenté en janvier mais j’etais trop fatiguée et malade.

En plus, elle voulait être formée au bilan et la liste d’attente s’allongeait. J’ouvre donc une 2e journée au cabinet avec les nouveaux patients avec toujours mon exigence : rentrer tôt pour être avec Junior.

Concrètement ça donne du 9h-15h et du 9h-17h.

 

Juin 2018

Depuis mars, je travaille 1 journée par semaine au lieu de 2 en maison de retraite en posant des congés. Je prépare mon absence de plusieurs mois. Pour autant je n’ai pas travaillé moins vu que je suis passée à 2 jours au cabinet ce qui implique aussi plus de travail à la maison. Avec une bonne organisation, je tiens le rythme jusqu’en juin.

La, j’ai posé 3 semaines de congé pour finir tranquillement mon activité libérale et préparer mon départ, ma pause.

Ma stagiaire est super, elle apprend vite et le lien se fait également avec les patients. La passation semble possible. Elle a tout ce qu’il faut niveau théorie et médiation, j’accentue alors mon transfert de savoir sur la méthodologie et l’organisation afin qu’elle ne soit pas (trop) dépassée. J’ai eu plusieurs mois pour expérimenter, elle, beaucoup moins, avec la pression du remplacement.

C’est bon pour tout le monde, en septembre 2018, elle me remplacera.

 

Bilan de ma 2e année

 

Ces derniers mois sont passés si vite. Une vitesse folle. Aussi bien sur le plan professionnel que personnel. Je me suis principalement attardée sur ma vie comme libérale. Mais il y en a eu des changements :

– Fin septembre, l’ergothérapeute de la maison de retraite s’en va et se fait remplacée quelques mois avant de me retrouver à nouveau seule sachant que mon départ en congé approchait. Sans ergo ni psychomot (et psychologue), je m’inquiétais de la suite des prises en charge des résidents.

– Plusieurs changement de direction, des départs de soignants et d’animatrice ne rassuraient pas les résidents ayant besoin de repère et de stabilité, et moi qui leur annonçait aussi mon absence. Ayant diminué mon temps de présence et étant physiquement moins en forme, j’ai dû mettre fin à certaines prises en charge de groupe et transférer mon savoir faire comme j’ai pu.

– Un poste avec plus de responsabilités comme psychomot dans un autre EHPAD m’a fait de l’oeil mais j’ai du y renoncer pour raison personnelle. Néanmoins, cela m’a fait réfléchir sur l’évolution du métier et ses limites actuelles, me poussant à sortir de ma zone de confort.

– Je suis partenaire de Oumma Potentiel qui est une association engagée dans la « promotion » du Haut Potentiel et des troubles dys. Ainsi à ce titre, j’ai animé un atelier découverte sur la prise en charge en psychomotricité avec des enfants HP. Un vrai succès.

– J’ai accepté d’être interviewé en podcast par Ilham, psychologue, pour son groupe Facebook qui s’adresse aux parents.

– J’ai été invitée à une formation de mindmapping par Marie, l’article dédié est en cours de finalisation

 

3e année

Septembre 2018

Apres 2 mois de fermeture, quelques échanges pour démarrer fîn août, le cabinet ouvre ses portes sur 2 jours meme si je n’y suis pas physiquement.  Ma remplaçante prend ses marques et moi, je lache prise.

Elle a su reprendre à merveille mes prises en charge et accueillir les nouveaux patients

 

Je sens l’envie de publier de nouveau qui est vite arrêtée par faute de temps.

 

Décembre 2018

Je voulais publier le bilan de mon activité en septembre à l’occasion de l’anniversaire de mon aventure sur les réseaux. Finalement ce sera maintenant.

D’ailleurs, les derniers articles ont été mis en ligne directement via la tablette iPad que j’ai acheté pour faciliter mon travail en libéral. L’ecriture et la mise en page est moins facile qu’avec un ordinateur mais au moins, je peux noter des brouillons. Je m’habitue petit à petit, espérant ainsi publier régulièrement.

 

Des projets pour cette année ?

 

La question qu’on me demande souvent est « Quand » je retourne au cabinet ?

Je ne suis pas pressée de revenir travailler, encore envie et besoin de materner.

Neanmoins j’aime être stimulée intellectuellement et les échanges via Instagram ainsi que l’écriture des articles sont des moyens qui comblent mes besoins professionnels. Ce qui me convient actuellement.

Le présentiel, comprendre par cela le fait de se déplacer et rencontrer les patients, ne m’attire pas en ce moment. C’est comme ça. Mais d’ici quelques mois, j’aimerai vraiment varier ma pratique et pourquoi pas proposer du groupe. Ça reste un projet qui est en pleine réflexion.

En attendant, j’ai des projets pour le blog comme les interviews : de psychomot, de familles, de professionnels etc. Mais aussi des idées d’articles sur le maternage et la parentalité également à la lumière de la psychomotricité toujours !

 

Enfin, je vous avais promis les liens en fin d’article, par ordre d’apparition :

– Démarches pour s’installer comme auto entrepreneur :

https://www.misspsychomot.com/2018/09/11/installation-et-demarche-comme-auto-entrepreneur/

 

– Ma graphiste Sophie à l’origine de mon logo, flyer, carte de visite : son profil  Instagram

– Oumma Potentiel : https://oummapotenciel.fr – profil  Instagram

– Mes publications pour Ahly Magazine

  • Rééduquer tout en jouant : https://www.ahlymagazine.com/si-jouait/
  • Mon enfant est dys ferent : https://www.ahlymagazine.com/mon-enfant-est-dys-ferent/

– L’utilisation de Docorga : https://www.docorga.com

https://www.misspsychomot.com/2018/08/13/mon-agenda-en-ligne-sappelle-docorga/

 

– Ilham Balayl qui est psychologue et m’a invité à répondre à ses question en podcast : son site https://famille-bien-etre.com

– Le podcast en question :

https://www.misspsychomot.com/2018/08/24/mon-premier-podcast/

 

– Marie de la formation mindmapping http://formationmindmapping.fr

 

 

Merci beaucoup d’avoir lu jusqu’au bout mon premier bilan. C’est tres drôle de revenir en arrière pour se rappeler de tout ce qui a été vécu.

Merci d’etre Présents et à 2019 pour d’autres aventures.

 

 

 

Une réponse

  1. Merci beaucoup pour ce retour d’expériences très enrichissant. Je vous ai découvert il y a quelque temps en faisant quelques recherches pour mon installation et c’est un plaisir de vous lire.
    Après 6 années d’exercice en pédopsychiatrie dans un hôpital Parisien, je me lance dans l’aventure du libéral suite à un changement de région lié à la mutation de mon conjoint. J’attends mon numéro SIRET !! Egalement maman je comprends tout à fait votre envie de continuer à materner 😉 Profitez de ces beaux moments en famille et au plaisir de vous lire à nouveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *