Les dessins animés sur le pot, petite analyse de Dani the Tiger

📺 Pour les recommandations sur le temps d’écran je vous oriente vers les deux slides suivantes @editionseres et @hoptoys_fr 


Pour en savoir plus sur les écrans, je vous propose le podcast de l’atelier de l’orthophoniste intitulé : les dessins animés, le mal incarné ? A écouter ici

La comparaison avec des gateaux ou friandises est appréciable ainsi que tout le fond sur le développement du langage à travers l’expérience de maman et d’orthophoniste. L’analyse de Caillou par exemple est intéressante : débit, vocabulaire, compréhension orale, logique. Elle donne aussi des recommandations très pertinente dans lesquelles, je me reconnais. Elle porte par exemple une importance sur le niveau de langue et les valeurs des thèmes.

Je ne vous conseille pas de laisser les enfants seuls face aux dessins animés (surtout quand vous ne connaissez pas le contenu, parfois un personnage ou une intrigue peut arriver par surprise et faire peur) et de réguler le temps d’écran tout en restant vigilant sur les manifestations d’addiction. Concernant les thèmes, je rejoins Laura, l’orthophoniste podcasteuse, sur la vie quotidienne (je vais citer Dani bientôt 🐯 ) qui correspond à une réalité proche des enfants.

Le sujet reste délicat tant il dépend de l’environnement et du contexte familial.

Toilet training
Bon, par contre, là …

Fin de l’introduction sur les écrans.

 

Aujourd’hui, ce qui m’intéresse … le vrai sujet … c’est votre analyse sur les dessins animés qui traitent la propreté,
l’apprentissage du pot ou plus généralement l’accompagnement vers la continence.

Comment trouvez vous que le sujet est traité ?

La problématique vous semble t’elle proche de la réalité ?

Comment utilisez vous ce support ?

Ceci est juste une image pour illustrer le post


Pour la petite histoire, lorsque le compte @WeePotty a indiqué sa joie de trouver l’épisode sur les toilettes de Dani le tigre
🐯 sur Netflix, ma curiosité scientifique m’a piqué et je suis allée voir ce fameux dessin animé. En fait, j’avai des a priori sur le fond et finalement, j’ai bien apprécié l’approche. J’ai même appris et chantonné les paroles lorsque j’ai présenté le pot.

Voici les paroles en anglais :

When you have to go potty

Stop

And go right away

Flush and wash and be on your way

Puis en français

Si tu dois aller au toilette

Stop

N’attend pas vas y

La chasse, les mains et c’est reparti

Le petit clip en intégralité ici 

Ce que j’ai aimé durant cet épisode que j’ai surtout regardé pour moi, c’est l’écoute du besoin d’élimination et le rituel de lavage des mains qui est compris dedans.

J’ai aussi apprécié le petit panneau 🛑 stop, qui rassure l’enfant notamment quand il ne peut lâcher prise sur le jeu en cours, de crainte qu’il se poursuit sans lui que j’avai vu chez Alexia 

Finalement, je n’ai pas retrouvé ce dont j’avais peur : Les punitions.

Lyrics Dani toilet
Image Pinterest reprenant le refrain de Dani the Tiger

En effet, les propos utilisés ne sont pas destinés aux enfants qui apprennent à se rendre aux toilettes. Ils peuvent être repris par un enfant, comme Dani envers Prince Mercredi, envers un adulte. Oui. Les paroles sont sensées.

Cela peut arriver, en tant que parent de se retenir et l’enfant le voit. Que perçoit il de cela alors que nous essayons de lui dire de se rendre régulièrement au pot ? 🤣 fait ce que je dis pas ce que je fais ? 😅

Je me rappelle, une fois, un petit garçon entre 2 et 3 ans qui portait encore une couche au cas où, avait ressenti le besoin d’aller au toilette alors que nous étions au centre commercial, et que nous attendions notre commande. Il insistait auprès de sa mère pour se rendre au toilette alors que la facilité aurait pu etre la couche, ne sachant pas ou se trouvait ledit lieu. Il insistait, attrapait sa main et la guidait pour qu’elle trouve les toilettes. J’ai trouvé la scène très touchante, reflétant l’autonomie de cet enfant puis surtout il avait la foi. Plus que nous, adulte, qui pensons qu’il ne tiendrait pas. 

Ce petit bonhomme nous a inculqué une leçon de lâcher prise et de confiance.

En effet, parfois l’adulte accompagne l’enfant dans son processus mais lorsque l’occasion idéale se présente, il se bloque.

Malheureusement, les toilettes publiques ne sont pas optimisées pour les enfants en période d’apprentissage (potty or toilet training)

Quand j’ai regardé Dani qui s’inquiétait de ne pas avoir de toilette, 😔 puis il était rassuré qu’il y en avait meme au magasin 🥳 J’ai repensé à cette anecdote et à ma position de parent : encourager et rassurer, s’assurer que mes limites soient les miennes et pas les siennes.

Inculquer la peur et l’impossibilité de répondre a son besoin d’élimination alors qu’il est justement en train de le maîtriser de mieux en mieux parait contradictoire dans son processus vers l’autonomie, non ?

C’est un vrai questionnement que je pourrai soulever, mais du coup, on s’éloigne du sujet.


Après mon analyse de Dani, il me tarde que vous me dites à votre tour : Comment trouvez vous que le sujet est traité ? Avec ou non, un exemple. Libre à vous. Place au commentaire !

Bonus – Voici les liens de l’épisode en ANGLAIS et FRANÇAIS.

Natacha psychologue engagée dans la parentalité et périnatalité

Connaissez vous Natacha Butzbach ?

Peut-être à travers cette vidéo sur le portage ?

Ou bien à travers son compte Instagram La Curiosité Bienveillante ?

 

Ou directement sur son blog du même nom ?

https://curiositebienveillante.wordpress.com

Ou via le réseau patentage proximal dont elle est fondatrice ?

https://www.reseauparentageproximal.com

 

Je vous propose de découvrir le portrait de Natacha, psychologue au multiples casquettes à travers cette interview :

 

Bonjour Natacha,

Je t’ai découvert grâce au réseau parentage proximal dont j’en fait parti. justement, c’est toi qui a eu l’initiative de le créer.

Parles nous un peu de toi, tout en sachant que la vie pro et personnelle sont forcément très liées. Quel est ton parcours, tes motivations et tes objectifs ?

Je suis psychologue et passionnée puis spécialisée en périnatalité et soutien parental !

Je suis devenue maman en décembre 2017 et j’ai créé La Curiosité Bienveillante en mai 2018.

En constatant que l’accompagnement bienveillant des enfants est si mal perçu/si méconnu, notamment par les pro; j’ai créé le Réseau Parentage Proximal en novembre 2018.

Mon objectif est de faire connaître et parler du parentage proximal et de l’accompagnement bienveillant et respectueux. Je lutte aussi contre les mythes en psychologie!

 

 

 

Nous avons beaucoup échangé sur l’ hygiène naturelle infantile, l’allaitement.. . Mais nos points communs et intérêts ne s’arrêtent pas au maternage. , nous sommes sensibles à la transmission d’informations dans le milieu professionnel.

 

Raconte nous ce qu’il en est :

Je suis en train de préparer un parcours de formation destiné aux pro afin qu’iels aient tous les éléments essentiels pour accompagner les parents dans leur singularité… et en connaissant ce qu’est le parentage proximal, car il fait souvent les frais de jugement et de méconnaissance. 

 

 

Tu fais partie des professionnels inspirants car tu n’hésite pas à ouvrir en grand le large éventail de l’éducation et du parentage offrant ainsi le maximum d’informations aux familles. Clairement, tu ne répètes pas ce qui est à la mode, ni ce qui est juste agréable et plaisant à lire. Tu parles de sujet tabou, car mine de rien, il y a des sujet tabou dans le maternage ! Je pense au sevrage par exemple.

Comment cela se passe ? D’où viennent tes idées de sujets ? Reçois tu du soutien, des encouragements et parfois des critiques ? Comment fais tu ?

Je crois que mon hypersensibilité m’aide à détecter ce que je trouve discordant dans la société.

Passionnée également d’anthropologie et de sociologie, j’aime observer ce qu’il se poursuit autour de nous en prenant de la hauteur.

Je suis habituée à déconstruire mes croyances et ce dans quoi j’ai été élevée grâce à ma forte inclinaison féministe. Après une phase de militantisme « en colère », je suis passée du « mais pourquoien est-on là? » et j’ai transporté cette réflexion à tout ce qui m’entoure.

Je suis extrêmement blessée quand je vois le mal-être qui peut émerger chez les personnes parce qu’elles évoluent dans un contexte qui ne respecte ni leurs besoins ni leur singularité.

J’ai ainsi décidé de m’attaquer à bras le corps aux croyances limitantes dans tous les sujets: en psychologie (notamment en remettant en question les théories freudiennes dans leurs usages actuels), mais aussi en parentalité, en rapport humain, en développement infantile, … 

Je reçois beaucoup de commentaires positifs de la part de parents et des personnes concernées par les sujets de mes posts.

je sais que mes publications sont beaucoup plus longues que la moyenne, et ça me porte défaveur sur les réseaux sociaux… Mais c’est moi. Je ne peux pas être concise sur un sujet car j’ai toujours peur de manquer de nuances !

En plus, j’aime bien « faire la critique de » mais ne pas laisser un goût négatif et amer aux lectrices/lecteurs. Cela demande donc de l’espace.

J’adore écrire. Les idées ne me manquent pas, au contraire. Je rêverai de vivre de mes écrits pour pouvoir octroyer encore plus de temps à la rédaction (actuellement entre 45min et 1h pour les posts quotidiens + une dizaine d’heures -même si ça dépend de la taille de l’article et des besoins de recherche-  par articles publiés sur le blog).

J’ai peur de retour, tout compte fait. Mais je suis persuadée d’être animée par une mission de transmission. Je reste focalisée là-dessus.

 

 

Ce que j’apprécie beaucoup chez toi c’est l’absence de jugement et ta façon d’amener à la réflexion. D’amener une certaine curiosité. Une curiosité bienveillante 😍

Est ce que tes sujets d’intérêt évoluent en même temps que grandit ta fille ? Parleras tu autant de l’allaitement, du cododo etc une fois que ce sera derrière toi. Car en tant que multipassionnée, il se peut que je ne resterai pas longtemps sur un thème. Et toi ? Comment fais tu pour entretenir la flamme ?

Pour l’instant, je suis encore dans tout cela. Evidemment, je sais aussi que mon inspiration vient de mon vécu.

L’avantage est que le développement des enfants est vaste !

Je sais déjà que mon contenu va être de plus en plus large et parler ensuite d’enfance et d’adolescence, puis de rapports entre adultes.

Mais je me sens investie d’une mission autour de la périnatalité.

Comme psy en périnatalité, je me sens pousser des ailes pour aider les familles à recevoir du soutien pour construire des relations harmonieuses, qui auront des bénéfices sur le très long terme.

Je garde beaucoup de motivations car je sais que je garderai de multiples supports, de nombreux interlocuteurs, des accompagnements de parents, formerai des professionnel.le.s…

Ainsi, l’ennui ne me fait pas peur sur ce sujet qui ne cesse de se renouveler !

A côté de cela, j’ai un hobby monomaniaque (les chevaux) depuis ma plus tendre enfance et cela m’apporte l’équilibre nécessaire dans ma vie. Sans cela, je passerai mon temps avec le cerveau en ébullition !

Aux nouveaux lecteurs qui te découvrent, quel article conseillerais-tu de lire en premier ? Quel post Instagram ? Et pourquoi.

Oula ! Quel dur choix de trouver 2 posts…

Un concernant la sexualité infantile, qui fait référence à un article publié sur mon blog :«- la masturbation rend sourd ! -Quoi ? Distribution de topinambours ?!» Reiser Tu excuseras mon humour, mais il a été constitutif de mes lectures adolescentes… Grâce aux ouvrages « planqués » par mon père, que j’ai tous lus entre 11 et 12 ans ! D

Voici l’article : https://curiositebienveillante.wordpress.com/2020/07/18/masturbation-et-sexualite-infantile-sextirper-des-croyances-et-des-tabous/

Un second pourrait être celui concernant le rapport au  » laxisme  » dans l’éducation des enfants : Tu pardonneras le terme « élever »alors que j’utilise toujours « accompagner »… Mais ça touche plus de monde comme ça. Que dis-je aujourd’hui ?! Une ovation au laxisme et à la négligence parentale ? Que nenni! J’utilise « laxisme » parce que « éducation 

Mon contenu est très diversifié, alors difficile de rendre cela flagrant avec 2 posts: allaitement, maternage proximal, accompagnement bienveillant, mythe psy, trucs pour le quotidien, debunk des croyances partagées, féminisme… Il y en a pour tous les goûts! Enfin nous, surtout pour les gens qui sont/veulent découvrir la dynamique bienveillante avec les enfants et se remettre en question. 🙂 

 

Je vous propose ma petite sélection d’article en lien avec la continence / l’hygiène naturelle infantile :

 

 

 

 

J’ai testé des lieux dédiés aux jeunes enfants

Je me rend compte grâce aux partages sur Instagram que ma ville offre pas mal de lieux « d’accueils » pour enfants à titre gratuit.

Voici un bilan des lieux que j’ai testé l’année dernière et recommencerait si possible 😉 Il se peut que votre commune vous en propose également ! N’hésitez pas à vous renseigner.

 

LAEP : Lieu d’accueil enfant parent

Espace dédié aux enfants de la naissance à 3 ans accompagné de leur parent (mère, père ou même grand parent). Les assistantes maternelles n’y sont pas conviées. C’est un lieu pour que les parents (parfois isolés) puissent se retrouver et échanger. Cela fait écho aux maisons vertes de Dolto.

On peut y aller et sortir quand on veut, même si on n’est pas de la commune. Aucune activité dirigée n’est proposée. C’est un temps de jeu libre pour l’enfant dont l’espace a été aménagé par secteur (jeu d’imitation, lecture, tapis d’éveil …).

La première fois, mon bébé ne se déplaçait pas et découvrait seulement les jeux sur le tapis d’éveil. Nous ne sommes pas restés longtemps.

Nous avons réitéré l’experience quand il a commencé à ramper et c’était chouette de le voir evoluer, partir à la rencontre des caisses de jouets. Avec le confinement, nous n’avons pas pu nous y rendre et il venait juste de marcher. J’espère qu’il aura encore plus l’opportunité de s’amuser à la rentrée si l’espace ouvre ses portes.

Atelier massage

C’est au LAEP que j’ai pu sur rendez vous, bénéficier d’un atelier massage que je procure à mon tout petit. Là encore, l’atelier est gratuit, animé par les animatrices qui nous montre comment faire.

Seul les bébés de moins de 12 mois peuvent en profiter.

Eveil des tous petits à la ludothèque 

Bébé était trop jeune (en comparaison des autres enfants) pour qu’on puisse réellement apprécier ces moments. Comptines, quelques jeux et tapis de motricité à disposition. Il y a surtout des assistantes maternelles qui se connaissent et échangent entre elles, les enfants jouent ensemble. Parfois des mamies.

J’attendrais peut être la rentrée prochaine pour assister à ces temps d’éveil matinaux. Je n’ai pas gardé un bon souvenir ni de bonne impressions de mes rares tentatives. Bébé sera âgé alors agé de 2 ans, on pourra peut-être mieux profiter des ateliers proposés.

Eveil corporel

Coup de coeur et activité attendue lorsqu’il avait l’âge d’y aller, soit 13 mois. On se rendait chaque semaine au gymnase pour la « baby gym ».

Encadrée par deux animatrices du LAEP et une professionnelle du sport (je ne me rappelle plus du terme), les enfants sont libres de profiter et d’explorer les gros modules de motricité.

Seulement, mon fils ne marchait pas encore. Il s’amusait à observer et au fil de séances, il s’autorisait à jouer et s’éloigner de moi. C’est une activité que j’aimerai bien lui proposer à nouveau à la rentrée.

 

Et chez vous ? Que vous propose votre commune pour passer du temps avec vos tit bouchons ?