Je materne mais … mais comme mea culpa ?

Pour rester dans mon sujet, je vais juste évoquer l’HNI comme pratique de maternage.

Je fais l’HNI

MAIS

Il n’est pas toujours tout nu (heu … heureusement quand même ?)

MAIS

Je lui fais porter une couche

MAIS

Il a aussi des couches jetables

MAIS

Dehors, on ne « fait » pas l’HNI

MAIS

Il n’est pas encore tout à fait, tu vois quoi, continent, parce que il y a encore quelques accidents à 2 ans …

MAIS

Comme si c’était des aveux …

 

MAIS … MAIS QUOI ?

Et si on remplaçait le MAIS par ET ?

Je fais l’HNI, il porte des couches, parfois le jour, souvent la nuit par précaution. Il va au pot, il le réclame surtout pour le caca et il lui arrive d’oublier. Même s’il sait à qui il peut demander le pot, il sait aussi à qui, où et quand il ne peut pas.

Comme je considère la continence comme un processus, il est toujours en plein dedans, depuis sa naissance, activement depuis qu’il a 3 mois (moment où j’ai en effet débuter l’HNI).

Ces derniers temps, je travaille énormément sur le livre et les programmes d’accompagnement parental, j’ai un grand besoin de concentration, je suis « moins » disponible, il porte des couches plutôt que les culottes d’apprentissage (que j’aime beaucoup pourtant) et lorsqu’il réclame le pot, je ne dis pas non, je répond, il a encore besoin de moi pour le déshabiller. Je continue de proposer au réveil et après le repas. Nous vivons en France, il n’y a aucune obligation d’être « propre » pour la rentrée en septembre, alors on avance tranquillement. J’ai pleinement confiance en nous.

PAS DE MAIS QUE DES ET.

Pour ne pas enfermer l’HNI dans une pratique cloisonnée avec des règles.

Pour ne pas enfermer l’apprentissage de la propreté et du pot, l’acquisition des sphincters et de la continence dans une pratique socialement acceptable à partir d’un tel âge (après 18 mois, généralement).

Je préfère parler d’un Accompagnement des Besoins (celui de l’élimination en l’occurence) par la Communication VERS une continence autonome.


Je supprime les MAIS.

Les MAIS qui pointent nos soit-disant manquement.

Les MAIS qui nous cloisonnent.

 

A vous de jouer, retirer les MAIS de vos pratiques.

J’allaite et je donne du lait de vache avec chocolat dans un verre ou dans une tasse.

J’ai porté et j’ai arrêté pour la poussette que je ne sors plus aussi (confinement / couvre feu etc).

Je continue de faire du cododo.

J’ai cuisiné de la purée à 6 mois, ait intégré et proposé d’autres textures petit à petit, jusqu’au jour où il a dit non, pas de purée à 10 mois en plein été, j’ai donné des pommes de terres vapeurs et depuis il mange comme moi. Ai-je fais la DME ? Sur ces mots, je vous invite à écouter le dernier épisode en ligne avec Anna @seedsandcarry chez @pensez_psychomot ICI

Et si ce n’est pas encore fait, je vous invite aussi à vous inscrire à la table ronde Materner en 2021 afin de faire le point auprès des professionnelles de la petite enfance et la parentalité, expertes dans leur domaines.
Le lien pour s’inscrire est juste ici 👈

L’événement est gratuit et en ligne, le lundi 25 janvier à 10h 🕙

Cliquez sur la photo pour s’inscrire

 

 

Et puis un jour, j’ai réalisé que je n’étais plus …

Cette mère admirée et admirable par un parentage (parfois) glorifié, critiqué, non compris, encouragé …

J’ai porté et allaité à l’extérieur alors dès que je voyais une mère faire de même, je ne me sentais plus seule. Je reconnaissais que je voyais chez les mères un modèle quand elles avaient un enfant plus âgé que le mien, espérant poursuivre aussi longtemps que l’on voudrait (mon bébé et moi). Lorsque l’enfant était plus jeune, j’espérais être leur modèle.

Modèle ? Car quand on se sent isolée et seule dans sa pratique, il est naturel de vouloir s’accrocher à de la familiarité à travers la similitude, là et quand les mères se trouvent dépourvues de multiples modèles pour se saisir de ce qui leur parlent.

Quand on porte son bébé, cela signifie t’il qu’on prend tout le package ? Et si non … on est défaillant ?


Par exemple, je n’ai jamais rencontré de mères qui pratiquent l’HNI m’accoster dans la rue m’en parler. Comment ? Où ? Quand ? Où se trouvent les mères ? C’est un sujet très intéressant que j’aborde dans mon livre.

Recentrons nous …

Avec le confinement 1 et 2, des mois sont passés sans « porter » mon fils et il est temps de ranger l’écharpe et le porte bébé … définitivement. La poussette a pris plus de place (c’est le cas) ou la marche, car un bébé porté n’est pas condamné à ne pas marcher.

Et maintenant que c’est fini

Qui peut savoir et deviner que je faisais parti de ces mamans au # « maman koala, kangourou, porteuse » etc

Pas elles, cela ne m’est jamais arrivé qu’on me sollicite dans la rue 😂


Sans parler de l’allaitement qui est réservé à l’intimité de mon chez moi …

Je n’allaite plus à l’extérieur

Ne porte qu’au bras, et sort la poussette

Sans parler de l’HNI, la DME, le cododo, la motricité libre, les signes bébés qui se passent dans notre foyer, a l’abris des regards, idem sur Instagram.

La fameuse check list qu’on trouve dans les profils en biographie (c’est drôle comme présentation tiens) — peut être que j’en oublie !

Mais en fait, je m’en fiche.

Qu’on sache ou non.

La maternité.

Qu’on prolonge …

Ah … Quelle drôle de période où l’on se convainc qu’on a rien à prouver mais en même temps, on n’a besoin de (se) prouver qu’on est un bon parent. Est ce l’isolement et le manque de diversité dans la maternité, ainsi que de la bienveillance (la vraie) et la tolérance entre mère qui nous rend si fébrile parfois ? 🤔 

Comment rester dans ce « groupe » et faire savoir qu’on a été cette mère, histoire de se reconnaître entre nous et se soutenir d’un sourire ?

Comment y remédier ? Faire un autre bébé pour poursuivre l’aventure semble extrémiste 🤣😅

J’ai réalisé que si je croise une mère en portage, je serai nostalgique de cette Belle Époque et que cette dernière n’aura pas idée que je faisais comme elle (et non que j’étais comme elle ! Prudence dans les mots révélateurs).

Ps : j’ai trouvé le truc pour poursuivre et rester dans le clan, écrire un livre l’hygiène naturelle infantile, publier des post sur Instagram, avoir un blog avec une rubrique maternage 🤣

Maternité
Lien vers l’article Instagram

Table ronde au salon Zen et Nature

Lorsque j’ai été contactée par Fabienne de @terragrandir pour participer à une table ronde (kezako) lors d’un salon virtuel dédié à la maternité alliant nature et écologie (Ok …) pour parler de l’hygiène naturelle infantile (haaaaa …), j’ai trouvé que les thèmes étaient cohérents

En quoi est ce cohérent ?

Je parle déjà tout au long mon livre : maternité (maternage mais je préfère parentage), bébé (beaucoup beaucoup !), et motivation écologique (meme si l’HNI n’est pas QUE liée à des raisons écologiques).

Parler de l’HNI a un public qui ne m’a pas choisi et qui découvrira le sujet lors d’une table ronde virtuelle est un sacré défi.

J’ai déjà participé à une conférence sur l’estime de soi en 2016 lors d’un salon dédié à l’entreprenariat féminin. En fait, étrangement, le plus dur c’est définir la psychomotricité en l’adaptant au public à chaque fois pour qu’il saisisse le sujet. Un jour, j’espère que la profession sera suffisamment connue pour passer cette introduction. Ha ouais, elle est psychomotricienne ? Je connais. C’est … c’est quoi ? Encore aujourd’hui, quand mon fils dit a ses camarades que je suis psychomotricienne, ils répondent « psycho quoi ? » … et certains ne savent même pas le prononcer d’après lui.

Revenons à la table ronde intitulée 

L’acquisition de la propreté, un vrai challenge pour tous !  – HNI – Enurésie avec Marianne Bertrel, Carole Coenen, Et moi même.

Moi qui suis une grande bavarde une fois que le sujet est lancé, je vais devoir faire court … ou au contraire, parler, me lancer dans un Direct. Un Direct. A visage découvert.

 

Je compte sur vous, votre présence bienveillante.

Vous pouvez encore vous inscrire ici

Assez parlé de moi, parlons de l’événement

Ce qu’il y a a retenir :

Cet événement exceptionnel sera diffusé GRATUITEMENT en ligne les 19, 20, 21 novembre 2020.

Réservez votre billet GRATUIT en cliquant ici

J’ai l’honneur d’intervenir dans ce salon sur mon domaine de pédilection : l’HNI ✌️
Vous me retrouverez lors de la tables ronde le vendredi 20 novembre à 9h30 (heure de Paris), qui sera difusé 24h/24 pendant ces 3 jours.

Il y a tout un parcours ludique :

  • 14 conférences avec des experts maternité – petite enfance
  • + de 25 ateliers pour petits et grands : du concret, du pratique
  • 12 tables rondes EN DIRECT durant ces 3 jours
  • Des exposants et marques innovantes, écoresponsables, zen, proche du naturel.

  • Les thématiques abordées : 

    ==> Etablir une relation privilégiée avec son enfant : Portage, Massage, Signer, Jouer…

    ==> Accompagner son enfant dans son éveil, sa santé, son alimentation, son autonomie, son éducation

    au plus proche de vos valeurs : DME, naturopathie, sommeil, HNI, allaitement (avec la participation de la Leche League)…

    ==> Comprendre les émotions : pleurs, colère, « caprices », attachement, communication connectée…

    ==> Prendre soin de soi : Burn out, nos rêves de parents, parents imparfaits, le couple…

    En compagnie de papas qui se sont mobilisés pour allonger la durée du congé paternité

    ==> Des ressources pour le grossesse et l’accouchement : Doula, accoucher en conscience…

J’aime beaucoup m’instruire et cela tombe bien, j’ai horreur de la foule. Avec l’âge.

L’opportunité d’assister à un salon virtuel, de chez moi, et de profiter des replays est un avantage non négligeable.

Y serez vous également ?